News

Durant plusieurs mois, j'ai navigué entre le Nord du Maroc et son Sud, de son Est à son Ouest. En un tiers de siècle de résidence en France, ce fut la première fois que je m'infligeai un tel pensum.

Un éprouvant pensum, en effet,
J'ai plongé jusqu'aux interstices du pays de mes ancêtres et, à mon retour à Paris depuis un mois, je reste "sonné" par le degré de dégradation de son sociogramme. J'en fus littéralement, physiquement, tombé malade.

Le clash entre le lourd héritage venu du fond des âges et la modernité intrusive est arrivé au stade de la déchirure. Le statut sociométrique des individus a littéralement plongé dans l'antinomie. La dégradation des mœurs y revêt parfois des aspects allant du burlesque à la tragédie : rancune de classe, jalousie, abus de confiance, malhonnêteté, opportunisme exacerbé, dévoiement des valeurs, tartuferies en tous genres, népotisme, corruption, mépris de la parole donnée, désinvolture face à la richesse immatérielle, indignité tous azimuts...bref, une déconfiture totale du lien social et disparition tragique de la confiance !

Je séjournerai longtemps, très longtemps, dans ma tombe avant que le pays de mes ancêtres accède à ce qui pourrait ressembler à une dignité...digne de ce nom ! Rja fallah !

Abdessamad Mouhieddine




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top