News

La haine viscérale des rotatives algériennes atteint ces derniers jours son paroxysme. Et pour cause, la stratégie ingénieuse du Maroc en Afrique et ses succès indéniables sur la scène internationale déplaisent en haut lieu à Alger.

Les spécialistes du Maroc -ils le sont tous devenus maintenant- dans la presse algérienne se livrent à une compétition quotidienne pour trouver les meilleures angles d’attaque -au sens guerrier du terme- rivalisant de calomnies gratuites pour gagner la bénédiction des maitre-penseurs d’El Mouradia.

Persévérant dans cette croisade haineuse contre le Maroc, la presse algérienne invente une grogne sociale et une vague de protestation qui serait liée à la mort de Mohcine Fikri en s’ingéniant à trouver le lien avec la COP 22 pour parler de l’exploitation des ressources «le fameux pillage du vent et du soleil du sud», de soi-disant émeutes à Laayoune, du référendum au Sahara, du terrorisme, de la réintégration du Maroc à l’UA qu’elle présente comme un défi à Alger. Bref, tous les prétextes sont bons pour noircir l’image du pays voisin.

Cette cacophonie, qui donne le tournis, est servie tous les jours au lecteur algérien –qui sait faire la différence-, sans le moindre respect pour ses sentiments et ses droits, ni intérêt pour les souffrances qu’il endure au quotidien pour joindre les deux bouts, la chute vertigineuse des prix du pétrole ayant mis à nu l’incapacité d’un pouvoir habitué à acheter la paix civile à coups de pétrodollars de trouver des solutions à cette hémorragie sociale.

Le cynisme d’Alger est allé jusqu’à tenter de chahuter les travaux de la COP 22 qui s’est ouverte, lundi à Marrakech, en dépêchant ses milices polisariennes à l’événement mais la vigilance des autorités marocaines était là pour contrer la manœuvre.

La presse algérienne, qui se proclame indépendante mais qui est en fait inféodée au pouvoir, est à chaque fois dépitée en mesurant les échecs de l’Algérie à l’aune des performances économiques réalisées par le Maroc et de ses victoires diplomatiques, notamment sur le plan africain et qui sont le fruit de la vision avant-gardiste de SM le Roi Mohammed VI et de la forte détermination du Souverain à faire du Royaume la locomotive du développement du continent.

SM le Roi l’a d’ailleurs réitéré dans le discours historique du 6 novembre que le Souverain a choisi de prononcer depuis Dakar pour sceller à jamais l’ancrage africain du Maroc, en affirmant que l’Afrique est au cœur des préoccupations du Royaume. SM le Roi Mohammed VI a, à cet égard, appelé le prochain gouvernement à inscrire l’Afrique dans son agenda.

«Nous aspirons à ce que la future politique du gouvernement soit globale et intégrée vis-à-vis de l’Afrique, et que celle-ci y soit perçue comme un ensemble. Nous attendons également des ministres qu’ils attachent à l’Afrique le même intérêt qu’ils accordent à leurs missions et à leurs déplacements dans les pays occidentaux », a affirmé SM le Roi.

Là encore la machine propagandiste algérienne a été au rendez-vous, criant sur les toits que le Maroc est en train de provoquer l’Algérie par Afrique interposée.

S’ajoute à cela la réintégration du Maroc au sein de la famille institutionnelle africaine qui provoque de l’insomnie à Alger.

En effet, la machine éditoriale algérienne ne trouve pas de répit depuis la proclamation par le Maroc de ce retour qui requiert l’adhésion de l’ensemble des pays africains.

Le Souverain l’a d’ailleurs rappelé dans le discours de la Marche Verte, en soulignant que «le Maroc est de retour pour retrouver sa place naturelle. Il dispose d’une majorité écrasante pour occuper son siège au sein de la famille institutionnelle africaine». Il y défendra ses droits légitimes et corrigera «les contre-vérités colportées par les adversaires de notre intégrité territoriale».

Le Maroc s’emploiera également à contrecarrer les manœuvres visant à impliquer l’UA dans des décisions contraires aux bases adoptées par les Nations unies pour le règlement du conflit artificiel autour du Sahara, fort en cela du soutien de la majorité des États du continent, de son leadership régional avéré et de l’unanimité nationale autour de la marocanité du Sahara.

Le Maroc, inébranlable, poursuivra son œuvre de développement en faveur de l’ensemble des Marocains et dans toutes ses régions du nord au sud et continuera à agir pour consolider son ancrage africain n’en déplaise à la presse algérienne et à ses souffleurs.

Par Adil Zaari Jabiri
MAP



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top