News

La fusée Falcon, qui transportait en septembre dernier un satellite de communication, a explosé au décollage en Floride aux États-Unis. Le satellite Amos-6 appartenant à Israël a été détruit dans l’accident.

Ce satellite aurait été le plus lourd jamais mis sur orbite par SpaceX (la société américaine chargée d’organiser le lancement) avec ses 5,5 tonnes, et c’est également le plus cher jamais construit par Israël (près de 200 millions d’euros).

Autre information qui a son importance : le satellite aurait notamment été utilisé par Facebook pour développer l’accès à internet en Afrique, permettant un accès à de vastes zones rurales. En effet, les médias rapportaient que l’explosion a ainsi « détruit le premier satellite acheté par Facebook et fabriqué par Israël, afin de fournir Internet dans toute l’Afrique ».

Mais derrière ces intentions bercées d’humanisme se cachent d’autres objectifs. En effet, nul n’ignore le rôle important des réseaux sociaux dans l’infiltration et la manipulation des sociétés, dans un but de déstabilisation et de soumission à l’occident. On se souvient ainsi qu’ils avaient été un élément prépondérant lors des pseudos « printemps arabes » ou des « révolutions colorées » d’Europe de l’Est.


En confiant la fabrication du satellite à Israël, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, offrait aussi aux services secrets israéliens l’opportunité de suivre de très près l’évolution de la situation sur le continent africain. Le satellite aurait été un excellent moyen d’espionnage au profit du Mossad, si bien que certains se demandent si l’explosion qui a empêché le lancement de cet outil de collecte d’informations n’est pas un sabotage, dans le cadre de la guerre secrète que se livrent les puissances occidentales pour la domination du continent.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top