News

A l’annonce de la vente à prix cassés par une enseigne de E-commerce en offline au Mega Mall Rabat, une horde de gens composée de plusieurs centaines de personnes a envahi le magasin pour piller et semer la pagaille. Un spectacle digne des scènes des « Black Friday » qui dégénèrent à chaque annonce de soldes.

L’enseigne Jumia avait aménagé au sous-sol du Mega Mall Rabat un entrepôt pour écouler, à des prix cassés, des produits en quantité limitée à 600 articles. Des réfrigérateurs et des lave-linges à 500 dirhams, de l'électroménager à 10 dirhams, des planches de surf à 500 dirhams et des ordinateurs à 800 dirhams…

L’information a vite circulé comme une traînée de poudre. Dehors de l’endroit où se tenait la vente, plusieurs centaines de personnes se sont amassées depuis plusieurs heures avant l’ouverture des portes pour la ruée sur les produits soldés. A la proche de l’heure fatidique, la tension augmentait et les premiers débordements ont commencé à avoir lieu malgré la présence de vigiles et police appelés pour la circonstance.

Une heure avant l’ouverture, la horde a défoncé la porte en métal du magasin et s’est empressée dans la grande salle dédiée à la vente. Au passage, c’est la grande panique, des vitres ont été cassées par la foule qui s’est déferlée vers les produits mis en vente. La sécurité a été vite débordée par de présumés clients qui se sont emparés de plusieurs produits comme des caméras ou des téléphones... Au final, seulement 30% de la marchandise a été payée selon les organisateurs de cette vente sauvage. "Aucun téléviseur mis en vente à 100 dirhams n'a été payé" affirmait un responsable.


Un vrai coup de pub pour l’enseigne qui a organisé cette vente grossière s’inspirant de l’évènement qui a eu lieu au Morocco Mall Casablanca quelques mois auparavant et qui avait attiré les foules. Une opération qui coûte une somme dérisoire par rapport à une communication nationale qui aurait coûté plusieurs centaines de milliers de DH. Le succès était assuré puisque la presse a été conviée à l’évènement et a largement relayé les faits.

Faut-il mieux réglementer ce genre de vente sauvage ? 
Un tel évènement, mal organisé, peut donner lieu à des mouvements de foules avec des conséquences de dramatiques en pertes de vie humaine. Cela donne lieu aussi à un nouveau phénomène de désordre et de pillage dans les magasins qui organisent ce genre d’évènement. La vente à perte est prohibée par la loi ! Des téléviseurs à 100 Dh est un prix dérisoire par rapport au coût réel de revient du produit. C’est au fisc de se pencher maintenant sur les autorisations d’une telle vente et des prix pratiqués selon la conformité de la législation en vigueur.

Arlette Colin
Wakeupinfo











0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top