News

Les mouvements migratoires ne cessent de progresser à travers les années impactant la majeure partie des pays du globe. Pew Research Center a publié une étude basée sur une comparaison entre les données depuis 1990 à 2015. Le point sur la partie réservée au Maghreb.

Le Maroc est le champion toutes catégories en nombre d’émigrants dans le Maghreb. Selon le centre de recherche américain, Pew Research Center, le nombre de Marocains ayant quitté le pays, pour raisons économiques, politiques, ou autres est passé de 1.590.000 en 1990 à 2.830.000 en 2015.

Toujours s’agissant des Maghrébins qui se sont envolés vers d’autres cieux, le rapport de Pew Research Center classe l'Algérie en 2ème position avec 910.000 d’émigrés en 1990 et 1.760.000 en 2015. La Tunisie occupe la troisième place avec 450.000 émigrants en 1990, et 650.000 en 2015.

En pourcentages, les émigrants marocains représentaient 8% de la population marocaine en 2015, alors que ce taux n’était que de 6% dans les années 90. Les émigrants tunisiens représentent 5% de la population entre 1990 et 2015, note le rapport, alors que le même pourcentage est passé de 7 à 3% pour les émigrants mauritaniens. Les algériens ont vu le taux varier de 3% en 1990 à 4% en 2015.

Les immigrés vers le Maghreb (personnes qui vivent dans un pays où ils ne sont pas nés, ndlr), seraient plus importants en nombre en Algérie. L’Algérie culmine avec 240.000 en 2015, suivi par la Mauritanie avec 140.000 personnes. Quant au Maroc, le rapport de l’institut américain indique qu’ils sont 90.000 immigrés vivant dans les villes marocaines (Selon Pew Research Center).

En pourcentages, les immigrés ne représentent que moins de 1% de la population du Maroc et de la Tunisie. En Mauritanie, les migrants représentent un taux de 3% de la population, poursuit la même source. L'Algérie a vu son pourcentage varier autour de 1% en 1990 en 2015.

Pew Research Center révèle aussi plusieurs chiffres tels que les destinations prisées par les migrants dans le monde. Les États-Unis restent indéniablement le choix numéro 1 des citoyens du monde, avec 46,6 millions de migrants. Le pays de l’oncle Sam est suivi par l’Allemagne (12 millions de migrants) et la Russie (11,6 millions). Toutefois, 46,6 millions de migrants aux États-Unis ne représentent que 14% par rapport à la population américaine.

Le rapport indique qu’aux Émirats arabes unis, au Qatar et au Koweït, 3 personnes sur 4 sont de nationalité étrangère. Parmi les destinations les plus prisées, on trouve également l’Australie avec 28% de personnes de nationalité étrangère sur son sol, et le Canada lui emboite le pas avec un pourcentage de 22%.

En ce qui concerne les réfugiés dans le monde, 60 millions de personnes sont expatriées, ce qui amène l’institut américain à conclure qu’à peu près un individu sur 100 a fui son pays. Le conflit syrien, qui a débuté en 2011, a fait grimper le nombre de personnes déplacées.

Le document note qu’un cinquième de la population a fui, c’est à dire 12,5 millions de syriens. Quant aux palestiniens, ils étaient 1,7 million en 1960 et sont à présent 16 millions disséminés un peu partout dans le monde, conclut le rapport.

Source




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top