News

Du 26 au 29 janvier se déroule le 44e festival d'Angoulême. Pour la 4e année consécutive, Le HuffPost a fait venir dans ses bureaux une dizaine de dessinateurs en herbe - issus de l'école parisienne du Cesan - afin de dessiner l'actualité tout au long de la journée du jeudi 26 janvier.

Mais cette fois, année présidentielle oblige, nous avons souhaité associer bande-dessinée et politique en demandant à notre partenaire, l'institut de sondage YouGov, de tester auprès des Français quel personnage de BD incarnait le mieux différentes personnalités politiques.

Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Manuel Valls, Emmanuel Macron, François Fillon, Marine le Pen... ces candidats à la présidentielle ont été passés à la moulinette impitoyable de la BD dite "franco-belge". Une liste à laquelle il faut ajouter François Bayrou, dont la candidature est encore très incertaine.

31 héros de BD proposés...
Ce sondage, s'il a été réalisé dans les règles de l'art auprès d'un échantillon de 1033 personnes représentatif de la population française, n'est évidemment pas à prendre trop au sérieux. D'abord parce que ce genre de mise en perspective est toujours un peu artificiel. Mais aussi parce que nous avons volontairement soumis une large liste de 31 héros ou héroïnes de BD afin de laisser la plus grande latitude possible aux sondés. La dispersion des réponses est donc bien plus grande que si nous nous étions cantonnés à une demi-douzaine de personnages.

Ce qu'il montre bien, en revanche, c'est que les Français ont voté en fonction de l'image qu'ils se faisaient de la personnalité d'un candidat et non en fonction des idées politiques qu'il incarnait. Intéressant quand on sait que s'il y a bien une élection où les électeurs votent sur la personne, c'est bien la présidentielle...

Jean-Luc Mélenchon, 
le râleur attachant alias le schtroumpf grognon

C'est assez largement que le Schtroumpf grognon s'impose avec près de 10% des voix comme symbolisant le mieux auprès des Français le candidat de la France insoumise. Il faut dire que le personnage créé par Peyo résume bien l'esprit contestataire de Jean-Luc Mélenchon et son caractère ronchon dans les médias. Parmi les autres héros de BD cités pour "Méluche", on trouve d'ailleurs d'autres célèbres râleurs de compétition, tels que le capitaine Haddock ou Joe Dalton.

Si le lutin bleu et son célèbre "moi j'aime pas..." résument le style tonitruant de l'eurodéputé, la comparaison ne s'arrête pas là. Selon une théorie assez répandue, le village des Schtroumpfs serait une allégorie du communisme. Des personnes qui vivent ensemble en harmonie, tous habillés pareils, qui ne connaissent ni l'argent ni la hiérarchie (à la seule exception du Grand Schtroumpf au bonnet... rouge). Dans ce cadre, le Schtroumpf grognon est le seul à ne pas être satisfait et à venir briser l'harmonie. Mélenchon, un anti-communiste? Allons bon.

Benoît Hamon et Emmanuel Macron,
les jeunes aventuriers à la Tintin

Étonnamment, on retrouve de nombreuses similarités entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron dans les personnages de BD auxquels ils sont associés. Tintin est le héros le plus cité pour le favori à la primaire de la gauche (5%) et pour l'ex-ministre de l'économie (7%). Jeune, aventurier, intrépide mais au caractère assez lisse... Tintin incarne l'indépendance d'esprit. Et, de fait, c'est ce vent de fraîcheur qui semble séduire les électeurs de gauche, qui ont préféré Hamon à Montebourg et qui placent Macron dans une incroyable dynamique depuis qu'il s'est déclaré candidat.

Les deux politiques ont d'ailleurs deux autres héros de BD en commun dans leur top 5 des personnages cités: Titeuf et Lucky Luke. Le premier pour la jeunesse très certainement, le second pour l'aspect solitaire de leur démarche. Bien que leurs programmes soient diamétralement opposés, Hamon et Macron tracent leur route comme des lonesome cowboys. Reste à savoir qui sera le Rantanplan de l'histoire...

En regardant le reste du top 5, on s'aperçoit toutefois que les Français ont bien saisi la différence de caractère entre les deux candidats. Ainsi, Macron est le seul des candidats retenus pour lequel le "milliardaire en blue jean" Largo Winch figure dans le top 5 des héros cités (5%). Son passé chez Rothschild n'y est certainement pas étranger. Iznogood, le vizir désireux de devenir calife à la place du calife, figure quant à lui en 5e place. Un conseiller prêt à tout pour renverser un calife rondouillard qui lui fait une confiance aveugle? Les esprits chagrins pourraient y voir un parallèle avec la relation Macron/Hollande.

À noter que Benoît Hamon est le seul à recenser dans son top 5 la présence de Gai-Luron, l'emblématique chien flegmatique créé par le regretté Gotlib. Il faut avouer que ses meetings de premier tour étaient nettement moins exaltés que ceux de ses deux principaux rivaux, Manuel Valls et Arnaud Montebourg.

Manuel Valls, 
le petit nerveux alias Joe Dalton

Durant leur cohabitation houleuse au gouvernement, Cécile Duflot avait affublé Manuel Valls du surnom de "Pepe Manuel", en référence au jeune ibère fier et capricieux "d'Astérix en Hispanie". Les Français voient plutôt dans l'ex premier ministre l'éternel adversaire de Lucky Luke Joe Dalton (9%). Petit, teigneux, nerveux, colérique... on voit bien pourquoi ce héros de BD a été privilégié tant le finaliste de la primaire de la gauche est sanguin. Mais, au-delà de ce trait de caractère, c'est également le cerveau et le chef incontesté de la fratrie de taulards. Epargné jusqu'ici par les affaires, Manuel Valls aura en revanche la satisfaction, même en cas de défaite à la primaire, de ne pas terminer l'aventure en prison, comme son alter ego.

Les Français ont également choisi, dans le top 5, d'associer l'ancien premier ministre à Iznogood, l'éternel n°2 qui ne parviendra jamais à accéder à la place de n°1 tant convoitée. Voilà qui ne va pas rassurer l'ex-ministre de l'Intérieur engagé dans la primaire de la gauche.

A noter que chez les étudiants le héros de BD qui vient en premier à l'esprit lorsqu'on leur parle de Manuel Valls est... Gaston Lagaffe.

François Fillon, 
en ignoble Gargamel

Un choix pour le moins étonnant de la part des Français, qui sont 8% à opter pour l'ennemi héréditaire des Schtroumpfs lorsqu'on leur parle du candidat des Républicains. Largement plébiscité lors de la primaire de la droite et du centre, son image est rarement associée à celle d'un vrai "méchant". Est-ce à cause de sa campagne chaotique depuis son élection? Ou, tout simplement, à cause de leurs sourcils broussailleux? "Vous devrez faire avec ma réserve et mes sourcils" s'était amusé l'ex premier ministre lors de ses voeux à la presse.

Chez les plus de 55 ans, les inactifs et les retraités, c'est plutôt Iznogood qui l'emporte. Encore une fois, la place de n°2 ne semble guère enviable. François Fillon est pourtant parvenu lors de la primaire de la droite à s'extraire de l'ombre de Nicolas Sarkozy pour exister par lui-même et même le battre à plate couture lors du premier tour.

Marine Le Pen, 
alias Calamity Jane la franc-tireuse

Grande gueule, masculine, franc-tireuse... l'héroïne qui a marqué la saga Lucky Luke fait immanquablement penser à Marine Le Pen pour 13% des Français. Un vote qui montre bien qu'ils ont surtout jugé la personnalité, plus que le programme politique. Et même si, dans le questionnaire, il était demandé de ne pas tenir compte du genre du personnage de BD, le fait est que les sondés ont essentiellement choisi des femmes pour représenter la patronne du Front national. Ils sont ainsi 11% à avoir opté pour l'assourdissante Castafiore de Tintin et 9% Bécassine. Certainement plus pour leurs origines bretonnes communes que pour la légendaire naïveté de l'héroïne créée en 1905.

François Bayrou, 
alias le sympathique fouteur de pagaille Gaston Lagaffe

S'il n'a pas encore fait connaître sa décision quant à sa candidature à la présidentielle, François Bayrou aura été omniprésent lors des débats de la primaire de la droite. Sa proximité avec Alain Juppé lors de cette campagne mais son vote pour François Hollande au second tour de l'élection de 2012 a en effet créé une sacrée pagaille à droite. Peut-être est-ce pour cela que les Français ont été 9% à lui associer l'anti-héros Gaston Lagaffe, qui ne semble jamais avoir sa place au sein du journal Spirou mais que personne ne souhaite voir partir.

De fait, plus que l'aspect "gaffeur", c'est l'aspect "sympathique mais à côté de la plaque" qui semble ressortir lorsque l'on se penche sur les autres personnages associés au patron du Modem. Averell Dalton se classe en effet deuxième et Bécassine troisième. Détail amusant: il est le seul personnage politique pour lequel le célèbre "Chat" de Geluck figure dans le top 5 des réponses. Certainement à cause (ou grâce, c'est selon) à son ton professoral.

Vous n'avez vu nulle part trace d'Astérix, Obélix, Corto Maltese, Blueberry, Spirou, Thorgal, XIII ou encore Rahan pour ne citer qu'eux? C'est que très peu de Français les ont identifiés aux personnages politiques proposés, même s'ils étaient proposés. Il faut croire que les Français ne trouvent pas nos politiques suffisamment intrépides pour leur associer des héros qui vivent des aventures aussi intenses...
Illustration réalisée par Sofiane AÏDAT.
Sofiane naît en Algérie en 1987. À peine sait-il tenir un crayon qu'il commence à dessiner les super-héros des dessins animés puis à caricaturer ses professeurs et ses camarades de classes. Son baccalauréat de Chimie en poche, il entre aux Beaux-Arts d'Alger où il passera deux années avant de découvrir le FIBDA (Festival International de la Bande Dessinée d'Alger). Sofiane part alors à Paris pour intégrer le CESAN pour parfaire sa passion de la bande dessinée. Il n'a pas pour autant laissé tomber son penchant pour la caricature et officie aux alentours de la Tour Eiffel dès que son emploi du temps le lui permet. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top