News

L’alcool au Parlement, c’est un véritable fléau ! Il faut savoir que pendant les 90% des séances publiques, la grande majorité des élus (surtout les socialistes) passe son temps à la buvette qui est située à 2 mètres de l’hémicycle. Tout y est gratuit. 

L’élu peut y trouver toutes les bières belges, du champagne et différentes sortes de vins. Par contre, au niveau des boissons non-alcoolisées, le choix est très réduit: coca, eau ou café... On voit directement où sont les priorités... Cette buvette qui est interdite aux journalistes et aux visiteurs (ne vous demandez pas pourquoi..) est une véritable institution au Parlement et je doute qu’elle disparaisse un jour. En outre elle démontre parfaitement bien à quel point les élus aiment se servir sur le dos du peuple, le symbole est vraiment très fort.

Lors de mes 4 années au Parlement belge, je n’ai jamais compris pourquoi cette buvette était gratuite pour des élus qui touchent 5000 euros par mois. Les plus à plaindre sont les membres du personnel de la Chambre qui doivent supporter le manque de politesse de ces élus qui, pour la plupart, ne savent même pas dire merci ou débarrasser leur table. Si le peuple pouvait voir ce qui se passe réellement au Parlement, la révolution se ferait très rapidement... (Laurent Louis / FB)

RTL.be écrit
La buvette du parlement fédéral sert de l'alcool gratuitement aux députés. D'après la commission déontologique du parlement fédéral, cette situation est problématique et la buvette devrait cesser de servir de l'alcool gratuitement. Mais les élus seraient défavorables à cette proposition.

La commission déontologique du parlement fédéral demande que la buvette des parlementaires ne serve plus de l'alcool gratuitement, rapportent vendredi "Het Nieuwsblad", "De Standaard" et "Het Belang van Limburg". Les députés n'y seraient toutefois pas favorables. L'avis a été rendu après l'incident provoqué par les commentaires du député Luk Van Biesen (Open Vld) à l'encontre de sa collègue Meryame Kitir (sp.a).

Pour rappel, au mois de septembre dernier, le député libéral avait lancé à sa collègue qu'elle ferait mieux de retourner au Maroc à la suite de questions posées dans le dossier Caterpillar. Il avait présenté ses excuses à l'issue d'une réunion avec Mme Kitir mais, quelques semaines plus tard, il avait nié avoir tenu de tels propos et laissé planer le doute sur la sincérité de ses excuses .Le président, Siegfried Bracke, avait demandé à la commission déontologie de se pencher sur la possibilité d'instaurer des sanctions à la suite de propos déplacés, irrespectueux ou discourtois.

La commission déontologie : pour régler les éventuels propos déplacés, il faudrait ne plus servir d'alcool gratuitement
La commission pointe la consommation d'alcool comme l'une des causes possibles et propose des règles strictes, notamment l'interdiction de servir gratuitement de l'alcool, comme c'est le cas actuellement avec de la bière ou du vin, explique le président de cette commission, Danny Pieters (N-VA).

"L'incident n'a rien à voir avec l'alcool"
Selon M. Bracke, le parlement ne suit pas la commission sur ce point. L'alcool n'a rien à voir avec l'incident du mois de septembre, a fait remarquer le président de la Chambre. Les chefs de groupe interrogés estiment également que le problème invoqué d'alcool à la Chambre est "inexistant". (rtl.be/)




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top