News

L’affaire de l’escroquerie immobilière « Paradise Beach » intrigue et fait penser à un scénario d’un film de fiction sur la mafia sicilienne. Rien que 9 avocats pour défendre un présumé escroc, toujours sous les verrous, et une campagne médiatique fallacieuse contre les victimes dont le Daily Telegraph vient apporter appui au principal accusé.

La stratégie des 9 avocats (dont Elise Arfi, Caroline Joly et Eva Joly, ex candidate aux élections présidentielles en France en 2012) est de faire passer le promoteur pour un martyre. L’article du quotidien anglais illustre parfaitement cette situation ! Le Daily Telegraph n’a retenu que les souffrances de l’accusé toujours enfermé et pas celles des 800 investisseurs volés.

Les avocats du promoteur semblent chercher à faire oublier que depuis 10 ans, 45 millions de livres sterling se sont envolés et que depuis l’arrêt des travaux en 2009, 800 investisseurs attendent leurs biens sans savoir vers qui se tourner ! Certains investisseurs sont morts, d’autres malades et d'autres dans une grande précarité financière à cause de cet investissement immobilier pourtant, le projet a été soutenu par le gouvernement marocain (les conventions signées en 2007 et 2015).

Il est déplorable que le Daily Telegraph n’ait pas expliqué que les investisseurs légalement représentés ont gagné leurs procès civil ces dernières années. Il est déplorable que le Daily Telegraph n’ait pas non plus souligné que le procès criminel dont le verdict est tombé (le 26 janvier) rend coupable le promoteur. La sentence a été fixée à 20 mois de prisons (et remboursement des investisseurs légalement représentés de leurs acomptes avec intérêts et compensation). Un appel a été effectué par le procureur car la sentence est considérée comme trop légère par rapport aux désagréments causés pendant si longtemps aux investisseurs.

Il est déplorable que le Daily Telegraph n’ait pas vérifié qui se cache derrière le soi-disant ‘Positive Group’ ! Il s’agirait d’un petit groupe d’acteurs (anti-manifs) payés 50 livres chacun lors des mobilisations des victimes à Londres (des preuves tangibles ont été relevées par des témoins). Un vrai travail de pros qui ne peut être monté que par une bande organisée !

L’initiateur à Londres de cette supercherie serait un ancien collaborateur du principal promoteur « Paradise Beach ». Il aurait, lui aussi, eu de nombreux démêlés avec la justice pour fraudes (et a été accusé par 40 investisseurs, d’avoir dérobé €1m d’acompte dans un projet immobilier à Asilah/Maroc). Ce beau monde de mafieux collaborerait avec deux sociétés espagnoles : Prestige Properties et Palmera Properties (sociétés très connues en Espagne pour l’escroquerie immobilière) !

Les investisseurs (étrangers et MRE) sont excédés. Ils ont affaire à un vrai panier de crabes. L’appel de Sa Majesté Mohammed VI en faveur des victimes des escroqueries immobilières a pourtant été clair et couvert par tous les médias. 

La prochaine mobilisation des investisseurs aura lieu le 27 mars devant l’ambassade du Maroc à Londres suivi par des manifestations tous les mois jusqu’à ce que justice soit faite.
Arlette Colin



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top