News

Abdelaziz Bouteflika, notre président serait encore vivant, bien vivant, selon une télé française qui nous l’a montré en conférence avec Abdelmalek Sellal, son Premier ministre et un général major.

Un ami et confrère, Hichem Aboud vient d’être inculpé par le parquet d’Alger d’atteinte à la sûreté de l’Etat et quelques autres joyeuses sornettes, toutes passibles de prison à perpétuité pour avoir dit, informé le peuple algérien d’un coma dans lequel aurait sombré notre président.

Toute l’Algérie sait que Bouteflika ne reviendra plus aux affaires. Son frère, Mustapha, médecin, nous avait avoué que le président était cancéreux. Il n’avait pas un ulcère. Depuis, il a fait un AVC, pas léger. Lourd. Alors toutes les mises en scène de la télévision algérienne ou de l’APS ne serviront à rien. Ne le feront pas revenir à la vie. 

Politiquement, Abdelaziz Bouteflika est mort. A l’instar de son ami Chavez. Toutes les intubations hospitalières de France ou de Navarre n’y feront rien. Personne ne souhaite la mort de personne. Notre président m’a toujours semblé un dictateur sympathique. Ça existe. Que font les généraux ? Ils ont viré Ouyahia. Ils sondent Benflis et Benbitour. Des gens bien. Comme le PSG, comme Khelaïfi, ils attenderont un remplaçant à Ancelotti, à Bouteflika, avant de nous annoncer le remplaçant. Bouteflika est toujours vivant. Les Algériens ont besoin de le savoir. Bouteflika est presque mort, les enfants de mon pays sont en droit d’avoir de ses nouvelles.



Hichem Aboud qui a osé un papier pareil au mien a été mis en examen pour atteinte à la sûreté de l’Etat. Je demande solennellement au parquet d’Alger de m’inculper du même chef d’accusation que Hichem. En même temps que lui, comme lui, j’affirme que Abdelaziz Bouteflika est dans un coma irréversible. Il est bien vivant mais il ne reviendra plus à la vie.

Meziane Ourad
lematindz.net/




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top