News

Le Maroc a signé une convention avec le groupe chinois Haite pour l'édification d'une «ville industrielle» près de Tanger, dans le nord du pays. Elle accueillera quelque 200 entreprises chinoises et devrait créer des milliers d'emplois.

Au cours d'une cérémonie présidée par le roi du Maroc, le 20 mars au palais de Tanger, les autorités marocaines ont signé une convention avec le groupe Haite, basé à Chengdu, dans le centre de la Chine, et présenté les grandes lignes de cette future «Cité Mohammed VI Tanger Tech».

Érigé sur 2000 hectares et porté par la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Haite et le groupe marocain BMCE Bank, ce vaste projet fait suite à un mémorandum d'entente signé en mai 2016 au cours d'une visite officielle de Mohammed VI à Pékin.


Mobilisant une enveloppe d'un milliard de dollars [930 millions d'euros], il consiste en «la construction d'un pôle économique capable de générer 100 000 emplois, dont un minimum de 90000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger», selon la présentation officielle.
«Les opérateurs économiques chinois sont à la recherche de plateformes compétitives. Et ils ont choisi le Maroc comme l'une de ces plateformes», s'est réjoui dans une déclaration à l'AFP le ministre de l'Industrie Moulay Hafid El Alamy. «Le premier coup de pioche sera donné durant le deuxième semestre de 2017» et l'édification de cette cité chinoise devrait durer dix ans, a-t-il ajouté.
Selon la présentation officielle, la «Cité Mohammed VI Tanger Tech» accueillera 200 entreprises chinoises opérant dans la construction automobile, l’industrie aéronautique ou encore le textile. «L’investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra dix milliards de dollars (9,3 milliards d'euros)», a annoncé Li Biao, président du groupe chinois, cité par l'agence de presse officielle marocaine MAP.

Le Maroc mène ces dernières années une politique d'industrialisation dynamique, notamment autour de Tanger, ville d'un million d'habitants qui abrite aujourd'hui plusieurs parcs industriels. Le secteur automobile y est particulièrement développé, notamment depuis l'implantation sur une zone franche d'une usine Renault, la plus grande d'Afrique. En septembre dernier, l'américain Boeing avait annoncé la création d'une zone industrielle spécialisée pour ses sous-traitants, dans la même région.

Porte du Maroc vers l'Europe, l'Atlantique et la Méditerranée, Tanger se veut un hub industriel depuis la création d'une zone franche et d'un port en eaux profondes.

francais.rt.com/





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top