News

À la recherche d’un sélectionneur depuis la fin de la CAN 2017, l’Algérie devrait engager Hervé Renard qui vient de renoncer à son poste au Maroc.

C’était un bruit de couloir auquel aucun Marocain ne voulait croire. Une rumeur nauséabonde qui s’est finalement transformée en trahison. Un an seulement après sa nomination à la tête des Lions de l’Atlas, Hervé Renard boucle déjà ses valises. Si les sélections africaines sont souvent raillées pour leur instabilité chronique sur le banc de touche, c’est – une fois n’est pas coutume – l’entraîneur qui a choisi de prendre le taureau par les cornes.

Le double vainqueur de la CAN (2012 avec la Zambie et 2015 avec la Côte d’Ivoire) a informé ses dirigeants qu’il ne souhaitait pas poursuivre sa mission à la tête du Maroc. Malgré le parcours réussi à la Coupe d’Afrique – élimination en quart de finale par l’Égypte – malgré la cohésion d’ensemble du onze et malgré sa bonne cote de popularité auprès des supporters locaux.

L’argument de la langue
Si les fans ne seront sans doute pas surpris par le départ du « Sorcier Blanc » habitué à voyager, sa nouvelle destination risque de surprendre et même de choquer. Car, selon toute vraisemblance, Renard devrait s’engager dans les prochaines heures avec l’Algérie. À la recherche d’un coach depuis la fin de la CAN 2017 et la démission contrainte de Georges Leekens, les Fennecs attendaient de connaître leur nouveau patron.

L’élection organisée à la Fédération Algérienne de Football (FAF) et la désignation de Kheireddine Zetchi, comme successeur de Mohamed Raouraoua, ont accéléré les choses ces derniers jours. Après avoir songé à des pistes latines (Juan Escriba, Marcelinho), coûteuses et qui se heurtaient au problème de la langue, « Didine » s’est donc tourné vers la solution française, la plus simple à mener.

Vieille connaissance
Hervé Renard connait bien l’Algérie puisqu’il a dirigé l’USM Alger durant dix mois de janvier à novembre 2011. Mieux, l’intéressé n’a jamais caché son attrait pour l’EN. « J’espère qu’un jour je serai désigné à la tête de cette équipe algérienne que j’apprécie beaucoup. Je ne sais pas quand est-ce que ça va se faire, mais je souhaite qu’un jour je le sois, pourquoi pas », avait-il confié au quotidien Le Buteur.

Selon nos informations, le Savoyard arriverait dans la capitale, samedi, sur un vol régulier de la compagnie Aigle Azur en provenance de Paris Orly, après avoir participé à un tournoi de bienfaisance dans les Yvelines. Il filerait directement au siège de la FAF, à Dely Brahim, pour y parapher son bail de deux ans, jusqu’en février 2019, soit juste après la Coupe d’Afrique.

Source : onzemondial.com/



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top