News

Ni les pandémies, ni les secousses sismiques, fussent-elles apocalyptiques -le cas japonais en est l'exemple-, ni la guerre civile, ni même la guerre avec le voisinage -les superpuissances ne sont pas prêtes à autoriser un conflit dévastateur aux portes de l'Europe-, ni la soif, ni la famine, ne constituent des menaces aussi tragiques pour notre pays que l'ignorance.

Oui, mesdames et messieurs, nous sommes menacés de désintégration par la seule ignorance ! Hormis la rancune -"qaryine hsifa !-, nous ne lisons rien. Au chapitre du livre, nous sommes logés aux toutes dernières places parmi les nations. Même la presse, chez nous si riche en nombre de titres et si indigente en contenus, elle ne pèse en termes de ventes que le total des deux premiers quotidiens d'Algérie !

Le livre, lui, nous indispose, parce qu'il requiert le silence, une denrée que nous honnissons. Nous sommes, hélas, un peuple de parlotte, de palabres, de blabla. Les chiffres records de la consommation d'unités téléphoniques est édifiant à cet égard : Près de 45 millions de portables ! Nous avons longtemps vécu au rythme de l'oralité -droit coutumier, fatha, 3ahad, serment sur le Coran...etc- et demeurons des adeptes de l'oral. Tous les peuples qui se sont urbanisés -au double sens d'urbanité et d'urbanisme- et dont la majorité de la population a fréquenté les livres parlent peu, réfléchissent longuement et hésitent longtemps avant de prendre des décisions importantes.Individuellement et collectivement. Le sens critique y est suffisamment alerte pour contrer l'absolutisme mental, l'obscurantisme, la moutonnerie et a fortiori le despotisme. Ces peuples lisent dans les bus, les métros, les gares, les salles d'attente, chez eux et partout où cela est possible. Le tonnage des livres qui paraissent chaque jour dans chacun de ces pays est effrayant !

L'ignorance est la menace suprême, vous dis-je. N'avez-vous pas remarqué la montée en flèche du charlatanisme, y compris sur les ondes de nos radios ? Les boutiques-poussettes coraniques aux baffes tonitruantes qui parcourent nos artères ? La "fatwatite" aiguë ayant atteint des centaines de milliers d'analphabètes religieux, dûment armés de trois courtes sourates et une flopée de hadiths apocryphes, qui injectent la haine dans nos rues, nos salles de prières et nos coeurs ? Le triomphe du fatalisme au détriment de la responsabilité ? Le recul du désir de vivre au bénéfice des delirium eschatologiques sur les Fardès et les géhennes de l'au-delà ? La démultiplication des escrocs de l'amulette au point que le pays en exporte désormais vers le Golfe, le Moyen-Orient et l'Europe? Pour tout dire, l'irrationnel triomphe crescendo au sein d'une population qui ne lit que lorsqu'elle y est acculée lors d'une bien médiocre scolarité.

Comment voulons-nous que le moindre sens critique puisse un jour émerger parmi nous ?

Voyez-vous, mes amis, un ignorant est une pâte à modeler à laquelle on peut donner soit la forme d'une kalachnikov soit l'aspect d'un violon ! Nous allons tout droit vers la kalachnikov ! Le voilà le danger mortel de l'ignorance ! 

Abdessamad Mouhieddine
Anthropologue, journaliste, écrivain, poète... 




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top