News

Le front républicain a du plomb dans l’aile depuis dimanche 23 avril et l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Même à gauche, surtout chez les élus de la France insoumise, l’appel au vote pour le candidat d’En Marche ! est *légèrement* compliqué. 

Jean-Luc Mélenchon lui-même ne fera pas connaître son vote pour le second tour, préférant laisser la parole aux adhérents de son mouvement. Des états d’âme et une certaine ambiguïté qui agacent le chanteur Grand Corps Malade, qui dénonce la "grande faute morale" du candidat de la France insoumise.

De passage à Montréal mercredi 26 avril pour la promotion de son premier long-métrage, Patients, Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, n’a pas échappé aux questions sur la présidentielle. Et visiblement, comme l’a repéré le Huff Post Québec, l’attitude de Jean-Luc Mélenchon l’a un peu agacé. Mais alors un tout petit peu :

Jean-Luc Mélenchon a plutôt fait une belle campagne, mais son rejet de faire front commun contre l’arrivée de Marine Le Pen au second tour, je trouve que c’est une grande faute morale et politique de sa part.

Le chanteur français rappelle au passage qu’en 2002, quand Jean-Marie Le Pen s’était qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle, "Jean-Luc Mélenchon n’avait alors pas hésité à appeler ses électeurs à voter contre Jean-Marie Le Pen" [voir ici la vidéo]. Il ajoute :
On ne peut pas transiger avec le FN. Mélenchon ne peut pas protéger ses propres intérêts en gardant le silence. Il y a la politique et puis, il y a le FN, il faut que l’on soit tous d’accord là-dessus.
Le slameur français est très inquiet. La faible mobilisation contre le Front national le préoccupe :
Les choses ont bien changé. À l’époque, je me souviens des grosses manifestations. Tout le monde était outré […] La stratégie de Marine Le Pen de devenir une formation fréquentable et normale est aujourd’hui réussie, puisque sa présence au second tour n’étonne plus personne. On peut reprocher ce que l’on veut à Emmanuel Macron, moi-même, je ne suis pas un grand fan de l’homme, mais on ne peut pas mettre dos à dos Macron et Le Pen, ce n’est pas possible.
Donc, pour lui, aucune "finasserie" comme dirait Alain Juppé face à la menace FN. "Il faut éviter à tout prix l’abstention, c’est pourquoi je vais aller voter pour Macron contre le FN", conclut-il.

Source





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top