News

Voilà qu'en 30 mois à la tête du Real Madrid (12 mois en tant qu'adjoint et 18 mois en tant qu'entraineur) Zinedine Zidane a gagné 3 fois la ligue des champions.

Il s'est formé, et on lui a donné, en Espagne, la meilleure équipe du monde à diriger. En France, on était encore, au stade de l'habituel pessimisme, on moquait cette décision et disait qu'il n'avait pas la "carrure" d'un entraîneur. Lui aurait-on, ici, donné le PSG ou la meilleure équipe française ? Jamais. C'est en dehors de son pays, qu'on lui a offert, la confiance. Et c'est ce qui explique le large succès qu'il vient de s'offrir face à la Juventus de Turin : le talent et la confiance.

Oui, Ribéry s'épanouit depuis 10 ans dans l'un des meilleurs clubs du monde en Allemagne où il a été 7 fois champions et est surnommé le Kaser Franck.. Il est détesté et moqué dans son pays.

Oui, Benzema fait le bonheur du Real Madrid depuis 8 ans, l'unanimité en Espagne et les plus grands entraineurs du monde font ses éloges.. Il est haït dans son pays.

Oui Nasri est insulté de racaille en France, pas ailleurs. Une "racaille" 2 fois champion d'Angleterre, qui gagne très bien sa vie et qui parle 4 langues..

On reste méfiant avec ces joueurs et on parle de risque qu'ils "perturbent" la cohésion du groupe. Le "risque"..

En Argentine, ça n'est même envisageable de se séparer de Messi alors qu'il est condamné à de la prison. On ne sert pas d'excuses extra sportives pour "éliminer" un joueur.

De même qu'en Uruguay, il est juste impensable (pour ne pas écrire impossible) qu'on se prive de Suarez car il "risque" de mordre au prochain match, qu'on se prive de Zlatan (qui lui, soit écrit en passant, a insulté la France sans qu'on ne remette jamais en cause le joueur) en Suède pour son arrogance, que l'Allemagne remette en cause Ozil car il ne "court pas assez", que la Belgique mette Hazard sur le banc car "il ne se battrait pas assez aux entraînements", que l'Espagne se prive de Ramos et Pique car ils ne peuvent pas se supporter, ou que les Pays-Bas ne sélectionnent pas Robben au prétexte qu'il ne ferait presque aucune passe.

Dans ces pays, soit on gère les joueurs, soit on les met sur le terrain. Et souvent on les gère pour les mettre sur le terrain !

On ne trouve pas l'excuse du nombre de gouttes sur le maillot ou des statistiques sélectives.

Ici, toutes les excuses sont bonnes pour rabaisser nos joueurs : Gourcuff, Griezmann, Valbuena, Giroud.. Tant que l'on trouve un joueur qui puisse nous faire dire cette phrase rêvée : "on a pas besoin d'eux ! ", on les oppose. Ce qui témoigne finalement de l'aigreur et la haine dans laquelle on se trouve.

La France est presque divisée en deux : Ceux qui détestent Benzema, et ceux qui détestent Giroud. Les uns ne savent pas pourquoi tant de haine, les autres voient en cela une injustice énorme, et parfois le symbole de leurs frustrations.

Bien que l'un gagne sa 3eme ligue des champions, et que l'autre n'est pas titulaire à Arsenal, on veut tout de même les opposer (ce que Giroud n'a jamais demandé). Tellement les opposer d'ailleurs, que ça montre en soit, le ridicule de la situation..

Bon nombre foncent tête baissées ; Ça marche tellement bien que même Manuel Valls - premier ministre - se mêlait du cas (électoraliste) Benzema.

Dans le sport comme dans d'autres domaines, les valeurs ajoutées s'en vont ;

Idriss Aberkane a 31 ans et 3 doctorats. Il a créé 3 entreprises et a donné des conférences dans plus de 170 pays dans le monde. Ou a t-on remis en cause ses diplômes, et donc ses compétences ? En France.

Tariq Ramadan enseigne à Oxford et à Doshisha (Japon). On lui proposé d'enseigner à Havard et Stanford, et le Times Magasine le considère comme l'un des 10 penseurs les plus influents du monde. Mais c'est en France, encore, que toutes les universités et nombreuses salles lui sont fermées. On reste méfiant tout autant, avec le fameux "RISQUE de trouble à l'ordre public".. le "risque", ce vecteur de frilosité et d'instrumentalisation.

C'est aussi ici, qu'on fait une obsession sur ce qu'une femme porte sur la tête avant de s'intéresser à ce qu'elle a dans la tête. Combien sont-elles, toutes ces femmes, pesées par le regard des autres, et qui décident de s'en libérer en changeant de vie ? On se libère d'une "visibilité qui nous gêne", on perd des potentielles contributions énormes pour la France.

Il serait vraiment temps de changer nos mentalités et arrêter d'écouter nombre de propagandistes, sans quoi, notre vie se résumera à continuer à admirer le reste du monde. Dans nos aigreurs et nos impuissances.

Les talents viennent d'ici, et ce sont les autres qui en récoltent les fruits.

Repris ici : Soufiane Brahimi




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top