News

Nous sommes il y'a très très longtemps, dans les années 80-90 ... Nous sommes fin juin 1995, il fait chaud, papa rentre du boulot et maman vient de finir les derniers achats des cadeaux pour tantes et cousins. Il y'a 9 places dans le J5, les grands frères sont devant avec papa pour surveiller la route, les filles et les petits sont derrières avec maman.

Les aires de repos nous servent d’hôtel sur la route. Etape obligée, celle dans la station de Madrid pour passer la nuit à se dégourdir des fourmis dans les pieds au sens propre comme figuré. Dans la camionnette, il n’y avait pas la clim, mais y'avait le confort minimum et surtout la bonne ambiance. Tu t'allonges, tu manges tu dors, c’était le top. Le J5 était équipé de rideaux faisant office de salon ambulant. Comme distractions sur la route, la musique inaudible du vieil autoradio/cassettes nous met, avant l’heure, dans l’ambiance du bled. Les grands panneaux des taureaux que nous comptons nous rappellent qu’on est encore en Espagne. 

Avec la chaleur étouffante de la route, tu bois l'eau glacée dans les stations espagnoles et le SMECTA devient vite ton meilleur ami. Sans oublier la bouf, la kefta qui commence à sentir, la glacière et petite fontaine. A l'aller on achète des salades mexicaines à Aldi, au retour on va au hanoute prendre des boites de thon à la sauce tomate, des pains ronds et du pom's hawai. Arrivé au Maroc on se fait un petit restaurant sur la route, histoire de gouter un peu au Merka au kefta. Dès que tu aperçois une voiture du même département, elle te devient familière alors que dans ta ville, tu ne l’as jamais calculée. 

 
Franchement c'était le top la route du bled, on mettait parfois 3 jours de Paris à Tanger. Arrivés à Algésiras, les douaniers te parlent espagnole et toi devant les darons tu fais genre que t'as compris. Ah oui j'oubliais ton père croit que t'es diplômé en master espagnol à la Sorbonne juste parce que tu as fait langues en Lv2 en 3ème.

Enfin, l’arrivée à la maison est toujours émouvante. Les grand-parents t'attendent devant le portail et tout le monde pleure pour les retrouvailles. Même les voisins sont là pour t’accueillir. Allah yarhamhoum... Les années suivantes, on était passé du J5 au Trafic puis au boxer puis au vito. Et maintenant c'est fini tout ça, c'est la RAM qui te dépose au bled en quelques heures. Nos enfants ne sauront jamais ce que c'est l’ambiance de la route du bled. ! Nos histoires font partie, hélas, des contes des Mille et une nuits. La route du Bled, Wallah, quand tu y penses, tu pleures ... Bonnes vacances les amis.

A. Colin
Wakeupinfo










0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top