News

En 2001, on nous rabattait les oreilles dans les médias de la manière dont les États-Unis allaient « libérer l’Afghanistan et lui apporter la démocratie. » Seize ans et plusieurs billions de dollars plus tard, l’Afghanistan devrait normalement être aussi libre qu’un oiseau, non ?

Je suis donc allée sur le site Expedia.com et j’ai cliqué sur « vol + hôtel » à Kaboul. Rien. L’Afghanistan est donc si libre ces jours-ci que les touristes américains ne peuvent même pas y aller. C’est tellement l’enfer que même les correspondants de guerre ne peuvent pas y entrer non plus. Hmmm.

Mais qu’en est-il de l’Irak, le pays pour lequel l’Amérique a dépensé environ cinq milliards de dollars pour le libérer de cet infâme dictateur machinchouette. De plus, lorsque j’étais enfant, j’avais toujours rêvé d’être archéologue quand je serai grande et d’aller voir des endroits comme Babylone et Ur. Je tenais donc ma chance de le faire !
Je suis donc allée sur Travelosity.com et cliqué sur « vol + hôtel » à Bagdad. Désolé, mais les touristes américains ne peuvent pas non plus se rendre librement en Irak.
La Libye alors ? Toujours pareil. L’Amérique a dépensé un milliard de dollars ou plus pour la libération de la Libye de Kadhafi « pour raisons humanitaires ». Eh bien, les choses sont si humaines là-bas en ce moment que même avec CheapTickets.com vous ne pouvez obtenir un « vol + hôtel » à Tripoli. youtube.com/

Quel autre endroit l’Amérique a-t-elle libéré ? L’Ukraine ? Connectons-nous sur Kayak.com et voyons ce qui se passe. Non, rien non plus. youtube.com/

Et le Yémen ? L’Amérique vient de vendre aux Saoudiens des milliards et des milliards de dollars d’armes mortelles afin de « libérer » le pétrole du Yémen. Mais Priceline.com ne toucherait pas au Yémen avec une perche de dix pieds. A ce jour, les Saoudiens ont déjà largué 90 000 bombes sur le Yémen. Les Yéménites résistent à l’offre des Saoudiens de « liberté » aussi âprement que George Washington a résisté aux Britanniques pendant la Révolution américaine. Mais le roi George III n’avait pas lui largué 90 000 bombes sur la tête de Betsy Ross. Pas bel hôtel à Sanaa pour moi.

Que diriez-vous de la Palestine ? L’Amérique paie 30 milliards de dollars par an pour aider les néo-colonialistes israéliens à « libérer » Gaza. Mais si vous tapez « Gaza » en Hipmunk.com, votre ordinateur pourrait vous exploser entre vos doigts. Pas de liberté à Gaza non plus. Même les journalistes ne peuvent pas entrer dans Gaza. « Zone militaire fermée ». Être correspondant de guerre devient un casse-tête de nos jours – et touriste, n’en parlons même pas.

Ah, la Syrie ! Cliquons sur Trivago.com. Le seul endroit où nous pouvons aller en toute sécurité est Damas et Alep, c’est-à-dire la partie de la Syrie toujours administrée par celui que l’on appelle le « méchant dictateur ». Mais personne ne peut aller dans les parties de la Syrie libérées par les Etats-Unis, ce pays épris de liberté, et ses alliés d’Al-Qaïda et de Daech.

Et maintenant, l’Etat profond américain et ses marionnettes à Washington parlent de « libérer » la Russie, la Chine, la Corée du Nord et le Venezuela. Très bientôt, les touristes américains pourront se considérer comme chanceux s’ils arrivent seulement à se rendre en toute sécurité à Tijuana [NDT : ville mexicaine située près de la frontière américaine non loin de la ville américaine de San Diego].

PS: Selon le nouveau livre de William Engdahl, Les Dieux de l’argent, la Première Guerre Mondiale et la Seconde Guerre Mondiale ont été accueillies et même encouragées par la corporatocratie américaine afin d’affaiblir l’Europe. « Les cercles dirigeants américains autour des Rockefeller et de Wall Street avaient décidé entre eux que tous les rivaux européens potentiels pour le pouvoir devraient se broyer dans un massacre mutuel. » amazon.com/G

Maintenant cette même corporatocratie est en train de comploter la troisième guerre mondiale afin d’affaiblir la Russie et la Chine. « Hé bien, puisque ça a déjà marché, essayons de nouveau. » Et vous savez ce que cela signifie, n’est-ce pas ? Quand la Russie et la Chine seront enfin aussi « libres » que l’Irak, l’Afghanistan, Gaza, le Honduras, la Somalie et la Libye, il n’y aura pas plus de voyages sur le train Orient Express pour les touristes américains non plus.

PPS: Je vais moi-même devenir un touriste américain cette semaine – aller à New York, loger au légendaire Hôtel Jane, manger du riz au lait à B & H Dairy sur Second Avenue et assister au BEA Book Expo 2017. bookexpoamerica.com/

Et devinez qui parlera au Book Expo ? Hillary Rodham Clinton ! Oui, l’enfant chéri de l’Etat profond nous dira elle-même, avec ses propres mots, ce qu’est devenue la Libye « libre » pendant son mandat et à quel point elle aimerait bombarder la Russie. globalresearch.ca/

Jane Stillwater

Source : jpstillwater.blogspot.fr/
Traduction : AvicRéseau International






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top