News

Le racisme atteint des niveaux alarmants sur les réseaux sociaux algériens, avec une campagne xénophobe qui prend de l’ampleur contre les migrants subsahariens sous le hashtag «pas d’africains en Algérie».

Les internautes algériens accusent les migrants subsahariens de «violences contre les algériens», de «propager des maladies», de vouloir même «envahir l’Algérie indirectement» et de «changer la composante populaire algérienne sur le long terme».

Sous l’influence d’un article paru sur un journal arabophone de grand tirage et connu comme très proche aux islamistes, qui accuse l’armée française au Mali d’aider les migrants clandestins à trouver leur chemin vers l’Algérie, cette campagne raciste revendique des mesures de la part des autorités pour expulser tous les migrants et les réfugiés à l’exceptions des «syriens» car somme toue «arabes et musulmans».


De son côté le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a réitéré, lundi à Tipasa, l’accueil cordial de l’Algérie aux réfugiés de différentes nationalités africaines ainsi que leur prise en charge dans le respect des droits humains et des chartes internationales dans le domaine, soulignant qu’un fichier national est en cours de préparation en vue de leur recensement.

A une question relative au grand nombre de migrants africains en Algérie, le ministre a rétorqué que l’Algérie considère ces réfugiés, venant de pays en butte à des conditions difficiles, comme étant des invités qu’il faut prendre en charge au plan médical, social et psychologique, individuellement et en groupes.

Certains pays d’Afrique vivent dans des conditions difficiles à l’origine de la hausse du nombre des réfugiés, a ajouté M.Bedoui, soulignant la préoccupation du Gouvernement algérien et son suivi minutieux de cette situation, notamment concernant les enfants et les femmes.

S’agissant de l’évacuation de ces migrants vers leur pays d’origine, il a signalé la réalisation auparavant d’opérations ayant permis le retour de ressortissants nigériens vers leur pays, faisant état de la poursuite des procédures en coordination avec les pays d’origine concernés, dans le respect des droits humains.

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a révélé, à l’occasion, la préparation, en cours, d’un fichier national pour recenser le nombre de migrants africains, de même que leur situation.

Il a signalé, en outre, la possibilité de leur emploi dans des chantiers de construction, entre autres, considérant que l’Algérie a un besoin de main-d’œuvre dans certains domaines.

Source : observalgerie.com/





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top