News

Les bureaux et dépôt de l'ancienne firme anglaise British puis Rover France à Argenteuil, inoccupés depuis une quinzaine d'année, ont trouvé un nouveau locataire en l’occurrence Oscar.com, leader des pièces détachées auto.

L’avenir d’Oscaro.com semble décidément se jouer dans le Val-d’Oise. Dix-huit mois après avoir ouvert un entrepôt de 24 000 m² à Cergy, le leader européen de la pièce détachée automobile par Internet déménagera le 28 août prochain ses autres entrepôts actuellement situés à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour les installer à Argenteuil, dans un bâtiment situé dans le parc d’activités du Val-d’Argent. 

Un site autrefois exploité par le constructeur automobile Rover, et qui hébergera également des bureaux. Le centre d’appel et ses 180 salariés, de leur côté, resteront sur l’autre rive de la Seine (ainsi qu’une cinquantaine de personnes employées dans les bureaux). 

Dans un premier temps, le nouvel établissement accueillera les 120 postes qui existaient déjà dans les entrepôts de Gennevilliers. Ces derniers devraient être occupés en grande partie par des salariés actuels. « La quasi-totalité de l’effectif suit, assure Julien Desplat, directeur de la logistique chez Oscaro. 

Nous sommes à moins de sept kilomètres du site actuel. Ça reste dans un périmètre cohérent pour tout le monde. » Une vingtaine de nouveaux emplois devraient être créés avant la fin de l’année. Et à partir de 2018, Oscaro devrait employer à Argenteuil l’équivalent de 200 salariés à temps plein à l’année : entre 150 et 160 personnes en CDI, auxquels il faudra ajouter des intérimaires « pour pallier les fluctuations de l’activité », selon Julien Desplat. Car ce nouveau site va permettre à Oscaro de passer un cap. 
« Nous aurons un entrepôt de 12 000 m², contre 9 000 m² à Gennevilliers, explique le responsable. Nous avons également beaucoup mécanisé. Nous aurons un convoyeur de 3,2 km, contre 1,3 km actuellement. La capacité de production va être de l’ordre de 50 % en plus ». Le site sera complémentaire de celui de Cergy. « Nous allons pouvoir sortir environ 60 000 colis par jour sur les deux dépôts, soit 45 000 commandes », reprend Julien Desplat.
Cette arrivée fait bien entendu le bonheur des élus d’Argenteuil. « C’est un projet qui marque un redémarrage du parc d’activités du val d’Argent, savoure Alain Leïkine, président du conseil Economique d’Argenteuil créé l’an dernier. Nous espérons que cela sera le premier d’une longue série. La reconquête économique est en marche, il n’y a pas de fatalité de l’échec à Argenteuil. » 





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top