News

L'Algérie vient de ramener à ses frontières du sud près de 800 africains, jetés dans le désert pour qu'ils retournent chez eux comme ils sont venus : à pieds ! Selon des témoins la traversée du désert a déjà coûté la vie à plusieurs d'entre eux. 

L'Algérie, qui partage 956 kilomètres de frontière avec le Niger, est devenue une destination privilégiée pour les migrants subsahariens. Mais la traversée du désert pour atteindre l'Algérie est très périlleuse. En juin 2016, les corps sans vie de 34 migrants avaient été découverts dans le désert entre le Niger et l'Algérie. Fin 2013, 92 Nigériens, dont de nombreuses femmes et enfants, étaient morts de soif dans le désert, abandonnés par des passeurs qui devaient les emmener en Algérie.

L'Algérie, grande donneuse de leçons en matière de Droits de l'Homme, devrait lire l'histoire et se rappeler qu'elle est aussi un pays d'immigration.


Ces frères à la peau noire ont été transportés jusqu'au Sud algérien, puis parqués dans des conditions inhumaines dans l'intention criminelle de les déporter vers les pays limitrophes.

Inutile de parler des mauvais traitements qu'on leur fait subir, à l'image de ceux que subissent leurs frères qui évoluent cachés en Algérie, en souhaitant de ne pas tomber entre les mains des services de police et de sécurité, conscient du sort qu'on leur réservera.

Cette nouvelle chasse aux subsahariens, entamée le 1er décembre 2016, suscite l'indignation à travers le monde, qu'il s'assisse des organisations des Droits de l'Homme, des médias internationaux ou toute personne sensible au sort qu'endurent les immigrants clandestins, particulièrement subsahariens, où qu'ils soient.

Source : Africa Media






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top