News

« Arrêtez le débat : il est temps que les femmes conduisent. » Ces mots sont ceux du prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour son franc-parler, qui avait posté un message sur Twitter il y'a tout juste une année.

Le membre de la famille royale, qui ne détient aucun poste politique, a en effet lancé un vibrant appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire en Arabie saoudite, seul pays au monde où elles ne peuvent pas prendre le volant.

Les Saoudiennes vont enfin être autorisées à conduire, selon un décret royal publié le mardi 26 septembre par l'agence de presse officielle SPA.


Décret saoudien pour que les femmes conduisent (autant se faire conduire dans ce cas) !
A. Organisation des instructions de conduite pour les femmes :
  1. L'âge de la conductrice supérieur a 30 ans.
  2. Obtention du consentement du tuteur de la conductrice à conduire la voiture.
  3. Obtention d'un permis de conduire du centre d'apprentissage des femmes.
  4. La conductrice doit être correctement vêtue et non maquillée
  5. Autorisée à conduire dans les limites municipales des villes seulement et n'est pas autorisée à conduire à l'extérieur sans tuteur légal, qu'il s'agisse de villages ou de banlieues ..
  6. Les heures de conduite sont prévues de 7h00 à 20h00 du samedi au mercredi et jeudi et vendredi de 12h à 20h.
  7. Doit transporter avec elles un téléphone pour les urgences
  8. Appeler le centre de trafic pour les femmes en cas d'abus et de problèmes ou panne mécanique de la voiture.
  9. Paiement d'une assurance spécifique auprès du centre de circulation routière féminin
B. Les parties responsables :
  1. Le centre de circulation routière féminin est l'organe compétent pour décider des modalités du trafic des véhicules conduits par des femmes, recevoir les plaintes des conductrices contre d'éventuels agresseurs, diriger et s'occuper de la logistique pour contacter des véhicules de remorquage en cas de problèmes mécaniques et les diriger vers ces véhicules.
  2. Le centre de circulation routière féminin dispose d'un numéro de téléphone gratuit.
  3. Le centre de circulation routière féminin établit les limites des centres ville pour le trafic des femmes supervisé par des organismes religieux responsables.
  4. Le centre de circulation routière féminin est chargé du développement de sociétés spécialisées dans la maintenance légère des voitures et du renouvellement de la licence de circulation chaque année.
  5. L'agent de la police de circulation pour infliger une infraction a la conductrice ne doit absolument pas lui parler. Il doit infliger cette infraction en communiquant avec le centre de circulation routière féminin et non pas la conductrice.
  6. Punir ceux qui violent le règlement sans exception parce que la violation de l'une de ces lois est une violation des mœurs et de la sécurité du pays.
C. Pénalités :
  1. Punir tout homme, conducteur ou piéton, qui parle à une conductrice d'une peine d'emprisonnement d'au moins un mois avec une amende.
  2. Tout homme qui harcèle une conductrice est punie d'un emprisonnement d'une durée d'au moins huit mois avec une amende.
  3. Quand il est prouvé que la conductrice fait ce qui est contraire à l'étiquette et à la Charia pour la première fois, elle est punissable comme suit :
    • - En retirant le permis de conduire pour une période d'au moins six mois avec une amende financière (500-1000 riyals)
    • - Informer son tuteur légal officiellement à travers le comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice. 
Plan de réformes pour 2030
Les femmes sont également soumises à la tutelle d'un homme de leur famille -généralement le père, le mari ou le frère- pour faire des études ou voyager. Mais dans le cadre de son ambitieux plan de réformes économiques et sociales à l'horizon 2030, Ryad semble assouplir certaines de ces restrictions et tente prudemment de promouvoir des formes de divertissement malgré l'opposition des ultraconservateurs.

Samedi, des centaines de Saoudiennes avaient pris place pour la première fois dans un stade de Ryad, à l'occasion de la fête nationale qui a donné lieu à des concerts et des feux d'artifice. Jusque-là, les femmes n'étaient pas admises dans les stades en application de la règle de séparation entre les sexes dans les espaces publics.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top