News

Après la vague de déportation de 1500 migrants subsahariens en décembre 2016, l’Algérie récidive en procédant à l’expulsion de plus de 2000 migrants d’Afrique subsaharienne dans un contexte de violence et de brutalité qui choque la conscience universelle. 

Le régime algérien a procédé à des rafles massives auprès de migrants subsahariens plusieurs milliers de migrants ont été expulsés d’Algérie vers le Mali et le Niger. La plupart de ces personnes refoulées, issus du Niger, de la Guinée, du Burkina Faso et du Benin dont certains sont des mineurs et des femmes, ont été arrêtées et débarquées de l'autre côté de la frontière avec le Niger et abandonnés dans le désert. Ces migrants subissent des traitements inhumains et dégradants.

L’organisation démocratique du travail et l’ODT Immigrés au Maroc expriment leur dénonciation et indignation des expulsions massives et condamnent ces comportements inhumains et ces manœuvres indignes et contraires aux valeurs universelles et considérèrent ces actes comme une violation manifeste de tous les instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits humains et à la protection de la dignité des migrants et de leurs familles. 

Sachant que l’expulsion collective d’étrangers est interdite selon l’article 12 de la Charte africaine des droits de l’Homme à laquelle l’Algérie fait partie. Ces expulsions qui ciblent uniquement les migrants noirs africains sont une violation des droits humains de ces derniers, assimilable à la ségrégation raciale. Ils violent les articles 13 et 14 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme sur la libre circulation et le droit d’asile ainsi que l’article 33 de la convention relative aux réfugiés, 

La communauté internationale, organisations internationales et africaines dont l’Union Africaine doivent intervenir auprès des autorités Algériennes afin de faire cesser et condamner ces violations des droits humains et appeler à l’Algérie pour que cessent immédiatement ces pratiques de violation des droits humains et qu’elle respecte ses engagements internationaux et de mettre un terme à ces arrestations et expulsions illégales/

Odt Maroc










0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top