News

En Turquie, les artisans et commerçants sont toujours aussi enchantés que moi de mes balades. Partout, où je vais, j’entends des « selam », des « hola », des « hello » et des rires sincères. On me prend rarement pour une marocaine. Je suis toujours soit Saoudienne, Iranienne ou Espagnole. 

La Turquie fait partie des pays où on ne trouve pas un prix fixe pour tous. C’est comme au Maroc, c’est à la tête du client dans les bazars, boutiques, restaurants et surtout hors Istanbul, et même parfois pour une « assurance santé »… Si tu ne parles pas parfaitement turc, prépare-toi au pire. Mais Istanbul reste toujours merveilleuse et unique ainsi que tout le pays ne peut qu’être intéressant et magnifique.

En Turquie comme au Maroc, les vieux artisans sont en voie de disparition et ne savent toujours pas si la relève sera là demain. Avec les nouvelles technologies, les jeunes n’ont plus le temps pour s’intéresser à l’authentique et l’antique. L’artisanat et l’art manuel deviennent comme un flirt avec l’histoire. Un flirt bouleversant.

Devant un tapis, on voyage à travers le temps pour découvrir des espaces, un peuple et une culture. Le tapis turc ne manque pas d’imposer son empreinte, son identité et son charme. Il raconte les histoires des arméniens, des mongoles, des syriens, des irakiens, et des kabyles algériens et tunisiens qui me laissent entrevoir la touche berbère marocaine. C’est cela le véritable rôle de l’artisanat. Ce n’est pas seulement de la décoration.

Je me suis toujours interrogée sur la signification du signifié « Turquie ». Le Maroc n’a pas besoin d’être définit, tout le monde le sait, le Maroc est appelé en arabe Al-Maghrib (المغرب, « Le Couchant »). Qu’en est-il de la « Turquie » ? Est-elle seulement dérivée de l’origine de ce peuple ? Elle est sans doute cette eau turquoise du Bosphore mon amour.

Quand je dis Maroc, je pense à la robustesse et à la couleur profonde de la terre, aux couleurs chaudes. Le rouge, le rouge brique, l’orange, le vert bouteille, le jaune, le jaune sable, ambré, blé, au bleu Majorelle, le bleu roi, aux merveilles de Marrakech, aux merveilles de Fez, aux merveilles de Chaouen, aux dunes et le sable d’or de Merzouga et Dakhla…

Quand je dis Turquie, je pense à la délicatesse, à la rose bleue et à la couleur turquoise, au byzantin, azurin, au rose bonbon, héliotrope, lilas, pourpre, cerise, framboise, fleur de soufre, l’albâtre, blanc de lin… à la fraicheur et à la froideur, pourtant ses gens sont bien chaleureux tout comme les gens du Maghreb.

Par Nora Bahir







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top