News

Bon y’a vraiment un moment où il faudrait arrêter de montrer des stars à la télé, pour montrer des clodos et des moines.

Au lieu d’interviewer le dernier chanteur à la con, tu donnes le micro à un bon gros clodo. Ou à un bon vieux marginal. Ou a un moine qui pue et qui s’est pas lavé depuis la dernière mousson.

Le genre de mec qui a vécu des trucs de fou. Des trucs que tu peux pas voir depuis ton appart avec le chauffage central ou la clim.

Franchement, on s’en fout de savoir ce que Christophe Mae raconte sur la vie. Nous on veut apprendre des trucs de gens qui ont vraiment vécu.

On s’en fout de savoir ce que la dernière starlette a la con a mangé à midi. On veut savoir comment c’est quand on a vécu la guerre, la famine, l’exclusion, ou l’aventure.

Il y a tellement de gens qui ont vécu des trucs intenses et profonds... et pourtant on continue à donner le micro à des clowns dont la plus grande souffrance a été de survivre 10 minutes sous la pluie sans avoir de k-way.

Y’a un moment, si tu es journaliste, tu ramènes ton micro dans le ghetto, dans les villages du Cambodge ou d’Inde, et tu parles aux gens. Ou tu parles juste au clodo qui pue en bas de chez toi, le mec qui a vécu la période hippie, la faim, le froid, et la vie en 3D.

Mais par pitié, tu nous refais pas la 100è interview de Dupont-Aignan. Y’a juste un moment où c’est bon. On a déjà donné.

La vie s’arrête pas à 3 politiciens qui se la racontent, ni à 5 chanteurs à la con qui se la pètent avec leur guitare.

On a quoi à apprendre de ces gens là, franchement ?

Nous on veut du clodo, du paumé, du moine, du sage de l’himalaya, du mec qui vit avec ses vaches.

Nous on veut du mec qui a tout perdu et puis qui a trouvé le bonheur au mileu de rien, et de la meuf qui s’éclate en kiffant les fleurs.

On veut du sale, on veut du pas propre. On veut du tordu et du bien abîmé. 
On en a marre des cravates et des gens qui se la pètent parce qu’ils sont tout propres.

On veut du vrai. On veut du vécu. On veut des gens qui ont compris un truc que Edouard Leclerc pourra jamais comprendre.

Des mecs comme ça, pourtant, y’en a partout. 
Mais au lieu d’aller les voir en bas de chez soi, on essaye de choper une interview avec Michel Drucker ou avec le fils caché de Johnny.

Hier ici, chez mes voisins, on discutait avec un mec qui a perdu ses parents à 14 ans parce qu’ils se sont fait tuer par les Khmer Rouge. Et qui a fui au Vietnam étant ado. Et puis qui est devenu prof au Cambodge et qui enseigne l’anglais aux gosses des campagnes.

Ce genre de mecs, jamais aucun journaliste n’est allé les voir. Et pourtant, des gens comme ça, il y en a bien davantage dans le monde qu’il y a même de morpions sur un échangiste.

Tu crois pas que ce genre de mecs peut t’apprendre plus de choses sur la life que Nabilla ?

Y’a juste un moment où c’est bon, quoi.


Jean Rivière




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top