News

Quand tu veux la réponse la plus facile, qui vient à toi sans effort, quand tu veux juste retourner à ton sommeil, tu dis entre deux bâillements: c’est Israël.

Attentat dans le désert du Sinaï en Egypte. 305 morts au moins, peut-être plus. Je suis chez le coiffeur quand la nouvelle tombe. Qui a tué qui et pourquoi? Personne ne sait, les infos défilent en rafales, le salon est bondé et tout le monde se tait.

Le coiffeur se tourne évidemment vers moi et me demande: «C’est revendiqué? C’est Daesh? Al Qaida? Hein? Hein?». Je suis gêné parce que je n’en sais rien et je n’ai aucune réponse. Je dis simplement que l’attentat n’a pas été revendiqué, pas encore. Il faut attendre…

Le coiffeur, encore: «Tout de même, vous les journalistes, les intellectuels, vous qui lisez et voyagez, vous qui écrivez, qui réfléchissez, vous ne savez rien?».

Eh bien non. Désolé.

C’est alors qu’un vieux client déclame: «Ne cherchez pas, pas la peine, c’est Israël, je vous le dis, ça ne peut être qu’Israël!». Etonné, je demande: «Et pourquoi donc?». Réponse: «Mais ouvrez les yeux, tous les morts sont musulmans, donc ça ne peut être qu’Israël. C’est une évidence!».

Mais bien sûr. Israël est une bénédiction. C’est notre paravent. Si le minuscule Etat hébreu n’existait pas, il aurait fallu l’inventer. Nous l’aurions inventé. C’est le diable, le mal absolu. Israël est la réponse. Notre réponse. Nous avons besoin de cette réponse pour nous dire: oui, je sais. C’est Israël. Ça ne peut être qu’Israël. Inutile d’aller plus loin. Ce n’est qu’Israël, un nouveau coup dur porté par Israël.

Quand tu ne sais pas, quand tu as mal et que tu ne sais pas d’où vient le mal, quand tu ne veux pas faire l’effort de savoir, de chercher, quand tu ne veux pas te remettre en cause et chercher en toi, quand tu veux la réponse la plus facile, qui vient à toi sans effort, quand tu veux juste retourner à ton sommeil, tu dis entre deux bâillements: c’est Israël. C’est les juifs ou, pour éviter tout amalgame, les sionistes. Israël!

C’est fou ce que ce mot, cette échappatoire, cette excuse, ce calmant, nous rendent service. C’est Israël, on est bien d’accord, personne ne peut prétendre le contraire, alors tant mieux pour nous: on peut se rendormir !

Et nous ne sommes même pas antisémites. Ah ça non, jamais ! Nous ne sommes pas racistes. Nous ne condamnons pas les juifs mais les sionistes. Alors pas d’amalgame s’il vous plait !

Imaginons un seul instant qu’Israël n’existe pas. Quelle explication donnerions-nous, alors, à nos problèmes? Aux problèmes du monde? Imaginons le désarroi dans lequel serait plongé notre pauvre ami, dans le salon de coiffure. Comment pourrait-il justifier l’assassinat de plus de trois cents fidèles à l’intérieur d’une mosquée?

Je n’ai aucune réponse à toutes ces questions. J’avoue être perdu. Tout ce que je peux dire, avant de retourner à mon sommeil c’est: ça ne peut être qu’Israël! Oui, vous l’avez compris, cette phrase est un puissant anxiolytique.

Le360.ma




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top