News

Lorsque les droits de ses citoyennes sont bafoués, la Tunisie sort ses griffes… La compagnie Emirates a décidé, vendredi 22 décembre, d’interdire aux Tunisiennes d'emprunter ses avions. Les hommes de nationalité tunisienne n’étaient pas concernés par cette décision. 

Déclaration Ammar Amroussia, député Front populaire


Bien que suspendu le jour-même, le refus d’embarquer s'est reproduit tout le weekend, y compris à l'étranger, bloquant à chaque fois les voyageuses pendant plusieurs heures avant que les autorités tunisiennes n'interviennent.



Que s’est-il passé au juste ? Alors qu'elles étaient devant le guichet d'enregistrement, des Tunisiennes, titulaires d'un visa en bonne et due forme, se sont vues refuser l'embarquement, sans préavis ni autre forme d'explication. Seules celles disposant d'un permis de séjour ou d'un passeport diplomatique étaient autorisées à prendre le vol pour Dubaï opéré par Emirates.

La réaction du côté tunisien ne s’est pas fait attendre. Quatre ONG, dont la Ligue tunisienne de défense des droits de l'Homme (LTDH) et l'Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), ont dénoncé une "décision discriminatoire" qui "viole la dignité et les droits des femmes".

Il s'agit aussi d'une violation de "la souveraineté de l'Etat tunisien", ont-elles ajouté, en appelant les autorités tunisiennes à se montrer "fermes".

« Opérer ses vols conformément au droit et aux accords internationaux »

Dimanche, les Emirats ont évoqué des questions de "sécurité" pour expliquer ces "mesures".
"Nous avions été en contact avec (nos) frères en Tunisie sur une information concernant la sécurité qui a nécessité des mesures spécifiques et temporaires", a précisé sur Twitter le ministre d'Etat Emirati aux Affaires étrangères Anwar Gargash.
Les explications des Emirats Arabes Unis ne semblent pas satisfaire Tunis. La Tunisie a annoncé dimanche soir la suspension des vols de la compagnie aérienne Emirates. Le ministère tunisien du Transport a expliqué dans un communiqué avoir "décidé de suspendre les vols de la compagnie Emiratie vers Tunis jusqu’à ce qu'elle soit capable de trouver la solution adéquate pour opérer ses vols conformément au droit et aux accords internationaux".
"Emirates va cesser ses liaisons entre Tunis et Dubaï, comme ordonné par les autorités tunisiennes, à partir du 25 décembre 2017", a déclaré à l'AFP un porte-parole de cette compagnie.
Pour Saïda Garrach, porte-parole de la présidence tunisienne, si la Tunisie peut "comprendre" les craintes émiraties, elle ne peut "accepter la manière dont les femmes tunisiennes ont été traitées".

Lundi, le chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi a dit "veiller à ce que les droits de la femme tunisienne ne soient pas atteints, quelles que soient les justifications", selon un communiqué de la présidence.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top