News

En partenariat avec l’agence « Espace NAB 7 », le talentueux artiste, d’origine marocaine Smail El Masrar, élabore, depuis 2016, un documentaire médiatique des communes françaises traversées par un train. Le même travail sera réalisé sur les villes marocaines.

Le jeune artiste Smail El Masrar est natif d’Al Hoceima et a grandi dans la ville spirituelle Fès. Il est l'un des plus jeunes photographes dont le parcours artistique a commencé à l'âge de 15 ans dans le cadre de « Films amateurs ». Il a réalisé un grand nombre de couvertures pour la presse et a participé à des réunions et des festivals avant de rejoindre le comité des journalistes de Fès. 

Après cinq ans d'expérience dans le cinéma, il réalise, suite à une formation organisée par l'Association Fès Médina pour la Culture et l'Art le film intitulé, « le 3ème temps » qui sera diffusé dans de nombreux pays. El Masrar est un des journalistes très présents sur la scène médiatique en France, intervenant sur plusieurs chaînes de télévision et stations de radio en tant que correspondant médiatique.

Quel a été votre parcours en tant que jeune artiste photographe ?

Smail El Masrar : Depuis un bon moment, je rêvais de réaliser un documentaire photographique et cela malgré les difficultés qu’un jeune photographe peut rencontrer et notamment au cours de mes cinq dernières années en France. Il n'est pas facile de partir de zéro, mais il est possible de réaliser ses rêves si on est sérieux et en y travaillant dur. Le secret, c’est qu’il faut être passionné par la photographie.

A mes débuts, je ne pensais pas m'engager dans le domaine du cinéma et je n'avais aucune relation ni expérience avec le monde de l'image. Maintenant, je ne peux plus me séparer de ma caméra qui est devenue l'instrument avec lequel je me sens à l'aise. Je n'ai jamais pensé, même pas une seconde et malgré les difficultés que j'ai rencontrées, me séparer de ma caméra et de mon appareil photo qui sont pour moi synonyme de bonheur.

Votre projet médiatique est ambitieux, pouvez-vous nous en décrire les gros détails ?

Le projet est un voyage documenté illustré par des films et photographies représentatives des villes traversées en train. Nous avons choisi un slogan pour la première étape « l'image est le meilleur moyen pour faire connaître la culture des villes ». 

La durée du projet s'étend sur quatre années réparties en quatre étapes, dont la première a été consacrée à la photographie de Paris et ses environs, soit 500 communes. 

Le but étant de faire découvrir des espaces qu’aucun photographe n’a filmé auparavant depuis un train. Il est prévu que la direction du projet organise des expositions collectives avec la participation de photographes marocains en France ainsi qu'à l'étranger et aussi des sessions de formation dans le monde de l'image. 

Un festival sera organisé et un hommage sera rendu à certains photographes. Nous avons décidé de former des jeunes et tous ceux qui s’intéressent à la scène médiatique. Tout cela grâce à la contribution d’artistes et professeurs de « Image au Maroc » et Mr MTIOU Nabil étant désigné comme directeur artistique du projet.

Enfin, j'espère réussir ce parcours dans le monde des médias et j'exprime toute ma gratitude en remerciant de l'intérêt aux personnes physiques et morales qui apportent leurs soutiens à notre projet.

Interview Arlette Colin
Wakeupinfo



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top