News

Le réel ça aime
les fleurs
les marguerites
les fiers soucis
et toute fleur
qui le ravit
un pré tout blanc
un pré tout jaune
qu'y a-t-il
de plus joli

Mais le réel
parfois d'un rien
ça t'effeuille
tes fleurs jolies
tes marguerites
tes fiers soucis
et d'autres fleurs

Aussi
le réel ça dépouille tout
c'est sans remords
et sans soucis
le réel ça déshabille
et de frêle pétale
en frêle pétale
le cœur des fleurs
s'en trouve flétri

Ah le réel
c'est bien connu
ça a aussi
besoin de fleurs
de marguerites
de fiers soucis
de tant d'autres fleurs

Aussi
et alors ça se désole
ça s'irrite et ça gémit
mais où sont donc
les marguerites
où sont donc
les fiers soucis
et ça regrette et ça regrette
et ça s'étonne
qu'un manque de fleur
ça peine autant
ça peine autant
ça s'étonne qu'un rien de fleur
ça manque tant
ça manque tant
qu'on s'en retrouve
par beau matin
tout démuni
qu'on s'en retrouve
par beau chagrin
tout désuni

Ici prend fin
cette triste histoire
sans morale
sans alibi
à moins à moins
d'un vague oubli
ah oui ah oui
ça me revient
un souvenir
bien incertain
un vague reste
d'un presque rien
tout à propos
d'un rien de fleur
ni marguerite
ni fier souci

Je me souviens
d'un coquelicot
ou peut-être
était-ce mon cœur
mon cœur alors
ensanglanté
par un réel
si suffisant
un vrai réel
si sûr de lui
c'était un jour
de presque rien
un jour de pluie
ou de chagrin .
si bien donc
que c'est fini
c'est le réel
qui m'a tout pris
c'était un jour
par temps de rien
par temps de pluie
ou de chagrin
je ne sais plus
je ne sais plus 

Mais de ce jour
là que voici
chaque jour
qui me revient
de jour de nuit
de nuit de jour
c'est jour de gris
ou gris de jour

Et quid alors
de tous mes rêves
mes marguerites
mes fiers soucis
et quid alors
des autres fleurs
du pré fleuri
mon coquelicot
mon cœur meurtri


(c) Mustapha Kharmoudi
Besançon
janvier 2018




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top