News

Dans un entretien réalisé par le reporter Rida Sebai, Jean-Yves de Cara, Docteur d’Etat en droit public et professeur à l’Université Paris Descartes-Sorbonne et à Sciences PO Paris, analyse et décrédibilise le « faux procès » intenté à l’UE pour invalider l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union Européenne. 


Le Pr JY de Cara (OEG)* décèle les incohérences concernant cette affaire très médiatisée. La Cour de justice de l'UE (CJUE) est incompétente pour traiter cette affaire qui est à dimension internationale et non régionale (explique M. de Cara). Le plaignant (WSC) diligenté pour la cause, est une association partisane anglaise qui n’a aucun lien direct avec la pêche ou même avec le peuple sahraoui. Les prises de position de l’avocat général, notamment son rapprochement aux idées de ladite ONG et sa méconnaissance du droit international durant ce procès, font de cette affaire un procès bâclé et une parodie de justice. Les accusés sont absents, c'est un procès qui se déroule à  huis clos et en dit long sur une justice parfois partisane.

Nous résumons cette entrevue par une métaphore : Supposez une simple association de supporteurs d’une équipe de football amateur qui porte plainte auprès de la fédération nationale du pays pour invalider la finale d’une Coupe du Monde jouait six mois auparavant ! 

Arlette Colin

*OEG (Observatoire d’Etudes Géopolitiques Paris)




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top