News

Malgré les consignes royales, six consuls marocains sur sept ne jouissent pas d’un statut de diplomates (officiel) auprès des autorités italiennes. Un dysfonctionnement qui paralyse l’activité consulaire, rapporte le 360.ma. 

Le ministère des Affaires étrangères ne semble pas être très préoccupé par cette situation. Son ministère de tutelle auprès des MRE, qui a récemment effectué une tournée de courtoisie en Europe, est aux abonnés absents ! 

Le ministère en charge des consulats, après quelques aménagements de façade, n’a pas tenu compte des instructions royales fermes adressées aux services consulaires marocains pour améliorer leurs prestations envers les Marocains du Monde, en Italie, c’est la quasi-paralysie. (Le360.ma) 

La gestion de six des sept consulats du Royaume est montrée du doigt par la communauté marocaine installée en Italie. Au ministère des Affaires étrangères à Rabat, on reconnaît que des [difficultés] entravent la marche de ces six consulats, mais que « les choses n'affectent en rien les intérêts de cette communauté » !!! On insiste sur le fait que les choses « sont en train d'être résolues » blablabla … De quoi s'agit-il alors ? 

La réalité est qu’à la tête des six consulats en question, se trouvent des chefs de poste n’ayant pas d’attributions officielles depuis 2016, le tout, sous le regard [amusés] des autorités italiennes. Ce blocage (encore un) est dû à ce qu'on appelle dans le jargon consulaire aux « Lettres de patente », des documents indispensables et sans lesquels les consuls ne peuvent exercer officiellement leurs missions. Et c’est au ministère des Affaires étrangères, en particulier à la direction des affaires consulaires, que revient la charge de les octroyer. 

Affectés entre 2016 et 2017, les consuls en question sont ceux de Milan, de Bologne, de Palerme, de Rome, de Naples et de Vérone. Ils « sont presque dans une situation de séjour illégal en Italie », souligne la presse italienne. « Seul le consul de Turin est installé de manière réglementaire », précisent nos sources. 

En attendant, le Discours royal prononcé en 2015 à l’occasion de la fête du Trône, et dans lequel le souverain dénonçait le mauvais traitement réservé par certains consulats à nos MRE, « ainsi que de la faiblesse des prestations qu'ils leur fournissent, tant en ce qui concerne la qualité de ces services, que pour ce qui est du respect des délais ou de certaines entraves administratives », appelant « à mettre fin aux dysfonctionnements et autres problèmes que connaissent certains consulats », [ne trouve toujours pas entendeur]. 




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top