News

En tant que célébrités nées à l'étranger, les deux comédiens, Lupita Nyong'o et Kumail Nanjiani, étaient bien placés pour évoquer le cas des jeunes que le président américain veut expulser.

"Je viens du Kenya", "et je viens du Pakistan". Dimanche 4 mars, à l'occasion des Oscars, ce sont deux personnalités d'Hollywood nées loin des États-Unis qui étaient invitées à remettre le prix du Meilleur film en langue étrangère, qui reviendra finalement au film chilien "Une femme fantastique", Lupita Nyong'o et Kumail Nanjiani.

Et les deux comédiens ont profité de cette opportunité et d'avoir le micro pour adresser une pique au sujet de la politique migratoire de Donald Trump. Jouant sur le sens du mot "dream" (qui signifie le "rêve" et "rêver" en anglais) et évoquant à demi-mot le cas des "Dreamers", ces jeunes entrés illégalement aux États-Unis quand ils étaient bébés et que le président américain veut désormais expulser, ils se sont fendus d'un plaidoyer pour la tolérance et l'intégration.


"Comme tout le monde dans cette salle, et tout le monde devant sa télévision à la maison, nous sommes des dreamers (des rêveurs). Nous avons grandi en rêvant de travailler un jour dans le milieu du cinéma. Les rêves sont les fondations d'Hollywood, et les rêves sont les fondations de l'Amérique", a commencé Lupita Lyong'o. Et son complice de conclure: "Alors à tous les dreamers, nous sommes avec vous."

Paul Guyonnet




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top