News

Tandis qu'une partie importante de l'allocution annuelle du Président russe a été consacrée à l'évolution du domaine militaire, le sénateur Vladimir Jabarov décrypte le long et profond discours sur les nouveaux armements russes. 

Le discours du Président russe a été marqué par de nombreuses innovations, mais aussi a établi le record de durée et de temps consacrées au secteur de la défense. Pour le sénateur russe, vice-président de la commission pour les affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), il s'agit du message le plus fort que Vladimir Poutine n'ait jamais prononcé. 

« L'objectif principale de dédier une présentation si détaillée consiste à refroidir le zèle de certains partenaires occidentaux qui ont misé sur la résolution des problèmes par l'usage de la force, en s'approchant de nos frontières et en renforçant les armements ». « Dans un contexte de sanctions et de tensions amplifiées, le Président a démontré à tout le peuple qu'il ne doit pas craindre pour sa sécurité. Notre pays est protégé de façon sure par l'armée et par les nouveaux armements. »
Si une frappe contre les alliés de la Russie a lieu, « nos ennemis doivent savoir que la Russie est toujours prête à contre-attaquer » et qu'on la considérera comme « une frappe contre notre pays et la réaction serait immédiate », précise le sénateur.
Selon l'expert, Alexandre Jiline, responsable du Centre d'étude pour les problèmes sociaux appliqués de la sécurité nationale et colonel en retraite, le discours de Vladimir Poutine a démontré que le pays misait sur une éventuelle modernisation et élaboration des « nouveaux moyens de lancer des ogives nucléaires en direction d'un ennemi hypothétique »: 
« C'est la suite de ce que Poutine a déclaré lors de la conférence de Munich quand il a été signifié que si quelqu'un pense qu'il réussira encore une fois à retirer les marrons du feu de la Troisième guerre mondiale par procuration, il a profondément tort, le châtiment viendra », a-t-il déclaré. 
L'utilisation des hyper-vitesses rend effectivement les armements vulnérables, poursuit le colonel: « Aucun système de défense antiaérienne ne fonctionne à partir de l'hypersonique. Il s'agit d'une qualité innovante. » « Aujourd'hui, les technologies à double usage sont utilisées dans l'industrie civile », ajoute t-il, soulignant que l'équipe qui s'en occupe au niveau étatique connaît bien le passé et peut faire des pronostics pour l'avenir. 

Un autre colonel en retraite et expert militaire, Viktor Litovkine, estime que la véritable nouvelle ne concernait pas le fait que les ogives des missiles stratégiques russes étaient capables de surmonter n'importe quel système antiaérien: 
« La nouveauté consiste en un autre fait évoqué par Poutine: maintenant nous disposons de missiles de croisière dotés d'un moteur nucléaire miniaturisé qui permettent à ces missiles de survoler des distances illimitées .» 
Selon M.Litovkine, le dirigeant russe fait allusion de cette façon à ce que les « ogives des missiles Sarmat seront justement supersoniques, même hypersoniques à un moment donné lors de l'approche vers la cible ». Ainsi, elles vont se déplacer non seulement suivant une courbe balistique, mais aussi en zigzags comme des missiles de croisière, changeant leur altitude suivant le cours et l'angle d'inclinaison, ainsi qu'en contournant le relief terrestre. 
« Aucun système de défense antiaérienne n'est capable d'intercepter un missile similaire qui vole à une vitesse hypersonique », a-t-il résumé. 
Le 1 mars, le dirigeant russe a livré son message annuel au parlement, rompant ainsi avec la tradition des années précédentes, où il se livrait à cet exercice au mois de décembre. Au cours de son allocution, plusieurs sujets internationaux et intérieurs ont été soulevés, notamment plusieurs points étaient consacrés aux nouveaux armements russes en cours d'élaboration ou de tests.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top