News

Il a tout juste 20 ans, Sami Chaouki a fait sensation pendant les auditions à l'aveugle de la version québécoise de "The Voice". Sa reprise de "Lonely Boy" des Black Keys le 4 mars a séduit les quatre coachs du jury, à tel point que la chanteuse Lara Fabian lui a demandé de chanter sa chanson une seconde fois. C'est finalement l'équipe de Garou que le Sami, originaire de Rabat, pour l'aventure. 

Entretien avec Le HuffPost


Que fais-tu dans la vie? Quel âge as-tu?
Sami Chaouki : J’ai 20 ans et je suis étudiant en génie chimique, à l’Ecole Polytechnique de Montréal.

Depuis quand fais-tu du chant?
J’ai commencé à vraiment vouloir chanter de manière professionnelle à partir de l’année où je suis arrivé à Montréal, il y a donc 3 ans et demi.

Qu’est-ce qui t’a poussé à candidater à The Voice?
Beaucoup de signes de dieu m’ont poussé à faire ça, beaucoup d’amis me répétaient qu’il fallait que je me présente à The Voice. Finalement, j’ai décidé que ça pourrait être une bonne chose.

Pourquoi avoir choisi “Lonely Boy” des Blacks Keys?
Chanter une chanson qui me correspond au niveau des paroles, pendant les auditions, était pour moi primordial. Je voulais me montrer comme je suis réellement et non pas comme on a envie que je sois. J’ai voulu interpréter une version qui correspond plus à mon style que la version originale.

Pourquoi Garou et pas Alex, Lara, ou Eric?
Garou, depuis le début de l’émission, est d’après moi celui qui fait les commentaires les plus techniques, les plus pertinents au niveau vocal, et c’est important pour moi. Si je fais une aventure comme ça, c’est pour apprendre du métier et de la réalité du métier, pour qu’on me critique, et qu’on me dise ce qui ne va pas, ce que je peux améliorer. Et j’ai senti qu’avec Garou, ça collerait, qu’il m’aiderait vraiment à mieux maîtriser ma voix, qu’il capterait un peu ma vibe, mon essence, et m’aiderait à mieux l’exploiter.


Quelles ont été les réactions de ta famille et de tes proches après ton passage dans l'émission?
C’était fou ! Je reçois des messages tous les jours. J’ai tellement de support de la part des gens qui ont vu la vidéo, plusieurs membres de ma famille, des oncles ou amis que tu n’as pas vus depuis 10 ans au cousin lointain que je n’ai pas vu depuis l’Aid el Kebir (rires) qui m’appellent pour me féliciter. C’est cool de voir que la famille se réunit pour des petits moments comme ça.

Quelles autres passions as-tu hormis la musique?
La science, c’est quelque chose de fondamental, et pour moi, la musique, c’est la “science ultime”. Le mélange de la science et de l’art est très stimulant. Ensuite, j’ai grandi dans une famille de sportifs, et j’ai toujours été “le gros” dans la famille. Puis, il y a 4 ans de cela, je suis tombé amoureux de l’entretien physique, et ma forme physique est devenue quasi-obsessionnelle pour moi. Pas forcément pour mon apparence mais plutôt pour mieux me sentir dans mon corps en terme de bien-être et de santé.


Quels sont tes liens avec le Maroc? A quelle fréquence viens-tu?
Le Maroc, c’est ma maison, j’ai grandi là, je viens donc au moins une fois par an.

Est-ce qu’il y a des chanteurs qui ont influencé ta manière de chanter?
Je dirai que ma manière de chanter a surtout été influencée par des chanteuses, notamment Erykah Badu et Melody Gardot. J’ai un style assez féminin vocalement, chose que je n’ai pas souvent retrouvé chez des hommes. J’ai rarement entendu des hommes qui chantent de cette manière, encore moins au Maroc où les chanteurs sont majoritairement des chanteurs de raï. C’est ce qui m’a encore plus encouragé dans mon style musical.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top