News

Le 5 avril 2018, s’est déroulée la quatrième conférence de presse organisée par l’ADJM Association pour le Droit et la Justice au Maroc sur le thème des spoliations foncières immobilières au Maroc. 

Nous remercions vivement pour leur présence et l’intérêt porté au sujet, la fondation Hassan II, le ministère de la Justice, monsieur le Président de l’Ordre des Notaires du Royaume du Maroc, l’ensemble des organes de presse marocains, des médias et des radios, qui ont toujours été présents depuis le début, et suivent de près l’engagement de l’association contre le fléau des spoliations. 

Nous remercions également très sincèrement les intervenants et soutiens de cette lutte, les avocats Maître Messaoud LEGHLIMI, Maître Younes ANIBAR, avocats au barreau de Casablanca, pour leur contribution courageuse et citoyenne et leur expertise qui va toujours dans le sens de la justice de l’équité et du respect du droit. 

Cependant, nous déplorons fortement et avec tristesse malgré les invitations officielles, l’absence remarquée des représentants des dirigeants du ministère des MRE, du CCME , du CNDH , et du bâtonnat des avocats de Casablanca qui malgré le caractère d’urgence et de la gravité du sujet n’ont envoyé aucun représentant officiel qui aurait pu véhiculer les informations au sein de leurs organismes respectifs et par là-même contribuer et travailler à améliorer le sort des membres, des victimes, des adhérents, et citoyens qu’ils représentent. 

Au sens strict de ce pourquoi ils ont la charge, l’absence anormale de représentation de ces organisations n’est pas acceptable, dans la mesure où le but de cet événement était d’accompagner et de soutenir la Volonté royale dans l’éradication du phénomène de la spoliation, volonté que sa Majesté le Roi que Dieu l’assiste a exprimée avec force dans sa lettre royale de 2016 appelant a une mobilisation générale. 

Le constat incontestable que l’immense majorité des victimes de spoliations sont des MRE ou des amis du Maroc qui vivent à l’étranger, donne tout son sens à la présence des représentants de ces organismes lors d'événements traitant ce sujet douloureux, et dont la première victime est le Maroc lui-même à travers le cliché selon lequel la sécurité juridique n’existerait pas au Maroc ce qui ternit l’image du pays, c’est aussi contre cela que lutte l’association. 

En préambule à la conférence de presse du 05 avril 2018 et dans le communiqué y afférent, les évolutions notables et positives en matière de lutte contre les spoliations qui seraient à venir ont été expliquées à l’assemblée et à la presse, cependant il est fort regrettable que le ministère de la Justice n’ait fait aucune proposition concrète visant à améliorer le sort des spoliés de longue date, des cas extrêmes pourraient par exemple bénéficier d’un traitement attentif par des procédures spéciales diligentées et observées, voire sous la tutelle d’une commission ad-hoc. 

À plusieurs reprises, sa majesté a exprimé sa sollicitude dans la continuité de sa Majesté Feu Hassan II, que Dieu l'ait en Sa Sainte Miséricorde, quant au sort réservé aux MRE de la part des administrations et institutions concernées, et a souhaité que l’on veille particulièrement à son amélioration, hélas l’inertie constatée est préjudiciable au respect de ces directives. 

L’Association pour le Droit et la Justice au Maroc (ADJM) malgré ses modestes moyens fait un effort considérable pour venir en aide à toutes les victimes. Cette contribution aussi modeste soit-elle, n’a pour autre objectif que de s’inscrire et suivre le sillon tracé et la volonté exprimée dans le Courrier royal du 30 décembre 2016. 

L’association, tient également à remercier toutes les personnes qui ont bénévolement et spontanément proposé avec cœur leur aide afin d’assurer la réussite de cette conférence de presse et la promotion de la cause des victimes de ces odieuses spoliations. 

L’ADJM remercie également monsieur Amine TAZI qui nous a gratifié d’une magnifique exposition retraçant l’histoire de feu MOHAMMED V, Père de la nation, juste parmi les justes et compagnon de la libération. 

Professeur Michel ROUSSET                          Moussa ELKHAL 
Président d ' honneur de l ' ADJM                      Juriste conseil de l ' ADJM





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top