News

Selon les derniers chiffres du SIPRI, les dépenses militaires dans le monde ont augmenté en 2017 pour atteindre 1.739 milliards de dollars. En Afrique, l'Algérie est le plus grand importateur d'armes, laissant loin derrière son voisin le Maroc. Le Maroc a, quant à lui, déboursé trois fois moins que l'Algérie en achat d'armements. 

Même si elle reste le plus grand importateur d'armes en Afrique, loin devant le Maroc, l'Algérie a enregistré une baisse de ses dépenses militaires, pour la première fois depuis 2003, constate dans son rapport l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). L'Algérie a réduit ses dépenses de 5,2% entre 2016 et 2017 à 10,1 milliards de dollars. C'est la première année de diminution de ses dépenses militaires depuis 2003 et seulement la deuxième baisse depuis 1995, précise le SIPRI qui estime que le recul des dépenses militaires de l'Algérie en 2017 serait éventuellement lié aux faibles revenus pétroliers et gaziers de ces dernières années. 

Certains observateurs affirment toutefois que la baisse des dépenses militaires est due à d'autres raisons. Ils évoquent notamment l'apparition de l'industrie des armements en Algérie, ce qui a permis au pays de réduire ses importations. Alger a développé des partenariats avec plusieurs pays pour la fabrication de chars T-90 avec la Russie, de véhicules blindés polyvalents Nimr avec un groupe émirati, de matériels Fuchs d'origine allemande, d'hélicoptères avec la multinationale Augusta Westland, filiale de l'italien Finmeccanica. Le chef d'état-major de l'Armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah, a d'ailleurs déclaré que le pays prévoyait de fabriquer lui-même ses armements jusqu'à son autosuffisance, afin d'assurer son autonomie et de ne plus être tributaire des importations. 


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top