News

Dans cette poudrière qu'est devenu le proche-orient, c'est Poutine qui distribue les cartes. À peine une semaine après avoir subi une royale défaite au Golan et alors que le monde, dans sa majorité, le dénonce pour avoir tué de sang-froid plus de 60 Palestiniens en deux jours, de mauvaises nouvelles sur Israël se font entendre : la Russie semble avoir tranché dans la guerre qui sera celle d'Israël contre la Résistance, ce qui inquiète les Israéliens.

Debkafile, le site proche du renseignement de l'armée israélienne revient sur deux évolutions datées du mardi et du mercredi 15 et 16 mai qui ne plaisent guère à Israël. S'adressant aux hauts commandants de la marine russe, mercredi 16 mai, à Sotchi, le président russe Vladimir Poutine a affirmé que la présence des navires de guerre russes en Méditerranée sera permanente. Et pas n'importes quels navires : il s'agit surtout des navires de guerre équipés de missiles de croisière Kalibr qui se positionneront non loin des côtes de la Syrie, du Liban et d'Israël. 

Méditerranée: Poutine met en garde 
Des bâtiments de guerre armés de missiles de croisière Kalibr russes seraient en mission permanente en Méditerranée, en raison de la persistance des menaces terroristes en Syrie. Cela voudrait dire que la Russie qui juge bien probable une confrontation militaire à venir entre Israël et la Résistance, comme celle qui a eu lieu le 10 mai au Golan, commence lentement mais sûrement à quitter sa posture passive. Mais le renseignement de l'armée israélienne, sévèrement critiqué depuis une semaine pour n'avoir pas vu la "frappe de la Résistance" venir, est autrement inquiet : l'armée syrienne a dévoilé il y a quelques jours un nouveau type de lance-roquette, baptisé "Golan-1000". 

Golan: la nouvelle arme syrienne
L’armée syrienne a récemment produit un nouveau lanceur de missiles qui améliore ses capacités de frappe contre les forces ennemies. Le dispositif de fabrication russe est à même de tirer des roquettes de 500 mm et d'une charge de 500 kg, chacune. Leur portée quant à elle est de 6 kilomètres, soit largement suffisant pour que les positions de l'armée israélienne soient atteintes. Quelque 10 sites ultrasensibles de l'armée et du renseignement de l'armée israélienne ont été frappés le 10 mai, quand la Résistance a riposté à l'attaque israélienne contre ses positions dans le nord de Quneïtra. Pour les analystes militaires en Israël, Poutine a déjà fait son choix et ce choix ne plaît ni à Tel-Aviv ni à Washington.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top