News

C’est fini, le Maroc n’accueillera pas sa Coupe du Monde de 2026, c’est le trio : Etats-Unis, Canada et Mexique qui a été désormais choisi. 

Les Marocains, à esprit sportif, accueillent le vote sans amertume aucune, mais néanmoins, on peut déplorer que le royaume, modèle de stabilité dans la région, leader en Afrique et pays disposant d’infrastructures appropriées à l’organisation d’événements de cette importance et de cette ampleur, n’ait pas été choisi pour l’organisation de la Coupe du Monde de 2026 ! 

Une partie des pays, pourtant frères, ont boudé le Maroc. Pour diverses raisons, notamment géopolitiques et stratégiques, ces pays, dont l’Arabie en premier lieu, ont opté pour le trio américain. Ce choix reste amer et on peut en dire de même des pays africains amis comme le Benin ou l’Afrique du Sud. 

Des pressions venues d’Amériques ont favorisé le trio organisateur : 
« Cela serait dommage que les pays que nous soutenons en toutes circonstances fassent campagne contre la candidature américaine. Pourquoi soutiendrions-nous ces pays quand ils ne nous soutiennent pas (y compris à l’ONU) ? », avait ainsi tweeté Donald Trump, le 26 avril, dans une menace claire aux potentiels réfractaires. 
Indéniables auraient été les retombées économiques pour le pays organisateur, pour les pays limitrophes ainsi que pour toute l’Afrique. Les pays Européens du pourtour Méditerranéen allaient allègrement profiter des retombées de l’organisation de la Coupe du monde au Maroc. Les leçons à en tirer sont nombreuses ! Il y a lieu de rappeler qu’entre les Etats, même entre ceux qui se disent frères, il n’y a que les intérêts individualistes qui priment. Pour le Maroc rien n’est perdu, il s'active déjà à prendre sa revanche sur le terrain. 

Radouan Bachiri 
Bruxelles 






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top