News

Parti à pied pour ne pas manquer son premier jour de travail, Walter Carr est devenu malgré lui un symbole d'audace et de ténacité. Un exploit dont il était loin de soupçonner toutes les conséquences.

C'est le genre d'histoire exceptionelle qui commence comme dans les pires cauchemars... et s'achève comme dans un rêve. La veille de son tout premier jour de travail, Walter Carr jeune étudiant américain de 20 ans et habitant de l'Alabama, découvre que sa voiture est en panne. Or son nouveau travail de déménageur commence le lendemain matin dans une maison à 32 km de chez lui. Face à la nécessité de se rendre à son travail, Walter Carr envoie donc des SMS à ses amis pour trouver une solution. En vain.

«Je me suis assis et j'ai réfléchi, confie le jeune homme dans une interview au Washington Post. Comment vais-je pouvoir me rendre à mon travail ? Dans quelles rues vais-je devoir passer ? Combien de temps faudrait-il pour y arriver ?». Ancien coureur de cross-country, il décide finalement de s'y rendre... à pied, malgré les huit heures de marche que prévoit Google Maps. Parti de chez lui à minuit, «en marchant», il se munit d'une balle de baseball et d'un couteau de cuisine, pour se protéger des chiens errants ; sans un sou en poche puisqu'il vient de payer son loyer. Une véritable épopée dont il est loin alors d'imaginer l'heureuse issue.

Pris en stop et nourri par la Police
C'est vers quatre heures du matin, alors qu'il se repose sur un parking avant de prendre une bretelle d'autoroute, qu'il croise une première voiture de Police. Une rencontre qui va tout changer. Attendri par son récit, l'officier de police décide de l'inviter à dîner avant de le déposer devant une église à 6 km de son travail, pour qu'il passe le reste de la nuit en lieu sûr. Reparti en chemin à 5h30 pour être certain d'arriver à l'heure, Walter Carr est ensuite abordé par un second policier, prévenu par le premier, qui le prend en stop. A 6h30, mission accomplie: il est le premier déménageur à arriver sur les lieux. Il se voit même proposer un petit-déjeuner et un lit par les propriétaires de la maison... ce qu'il refuse pour faire son travail!

Devenue virale sur les réseaux sociaux aux États-Unis, l'histoire de Walter Carr est désormais le symbole du sens du devoir, de l'audace et de la persévérance Outre-Atlantique. «Ne laissez personne vous dire que vous ne pouvez pas faire quelque chose. C'est à nous de décider si nous pouvons», à déclarer par la suite le jeune homme, qui ne pouvait soupçonner les conséquences de son geste. En plus d'avoir lié une amitié étroite avec la famille Lamey, propriétaire de la maison en déménagement, son nouvel employeur Luke Marklin, a décidé de lui offrir sa voiture, une Ford Escape 2014. Une cagnotte a même été lancée en ligne pour lui venir financièrement en aide, et récolté plus de 50.000 euros. Une «happy-ending» à l'américaine...



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top