News

Je ne sais pas si vous vous rappelez mon post publié il y a quelques semaines avec des photos à l'appui, où une très belle Jaguar sport stationnait allègrement au coin d'un trottoir, bloquant le passage, entres autres, aux piétons. 

il s'est avéré par la suite que cette belle bagnole appartenait à un célèbre ophtalmo qui avait pris la précaution de mettre sous le pare-brise une enveloppe très visible qui portait son nom ainsi que la mention de la Préfecture de police. 


Selon un ami qui le connaissait bien (mais qui ne veut plus être mêlé à son mauvais comportement), notre cher médecin aurait une opération urgente à faire à la clinique Rachidi et n'ayant pas trouvé de place, n'aurait pas trouvé mieux pour sauver son patient ou sa patiente que ce procédé dissuasif pour le moins peu honorable.


Soit. 
Or, voilà qu'il revient de nouveau, presque à la même place, à un stationnement interdit, et cette fois-ci il semble fâché avec le trottoir au point de se mettre presque à un mètre loin de lui.

Cela s'est passé hier vendredi aux alentours de 14h sur le Bd d'Anfa juste en face de l'Hôtel Rivoli.

J'ai pris ces photos et j'ai décidé de les publier.

Non, ce n'est pas de l'entêtement ni du harcèlement, mais seulement l'usage de mon droit et de mon devoir de citoyen dans un pays où ce mot ne veut plus dire grand-chose. 

C'est aussi pour montrer que l'argument qui a été avancé la dernière fois et qui ne m'avait pas du tout convaincu - nécessité professionnelle absolue -, c'est juste un subterfuge que beaucoup de gens, qu'ils soient en haut de l'échelle ou en bas, utilisent pour justifier leur comportement incivique.
Et si je me trompe, n'hésitez pas à me corriger.


Mohamed Laroussi





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top