News

Initiative inédite dans son histoire, le grand quotidien américain a traduit son édito en arabe pour soutenir le Canada dans le conflit diplomatique qui l’oppose à l’Arabie Saoudite.

Face à la crise diplomatique grandissante entre le Canada et l’Arabie Saoudite une voix a pris position à Washington. Celle d’un titre de presse. Le quotidien de la capitale, The Washington Post, a traduit pour la première fois de son histoire son édito en arabe pour soutenir le Canada dans cette affaire.


Dans ce texte qui est également paru en anglais, le Washington Post défend clairement l’idée qu’il faut élever la voix contre des États où les droits de l’homme sont piétinés. Mais il exprime également sa déception de ne plus voir les États-Unis de Donald Trump remplir leur traditionnel rôle de “défenseur des droits de l’homme dans le monde”.

“Les droits de l’homme et les libertés fondamentales sont des valeurs universelles, elles ne sont la propriété de personne et aucun roi ou dictateur n’est libre d’en disposer à sa guise. La politique de l’Arabie saoudite consistant à nier les droits fondamentaux des citoyens, notamment les femmes, et le traitement particulièrement cruel réservé à certains opposants, tels les coups de fouet infligés à M. Badawi, sont des causes d’inquiétude légitimes pour toutes les sociétés libres et démocratiques. Le prince héritier [Mohammed ben Salmane], modernisateur zélé de l’économie nationale, s’est énergiquement employé à diversifier les sources de revenus du royaume et à répondre aux demandes d’une population jeune attirée par la culture occidentale et les divertissements. Ne voit-il pas combien il sape sa propre vision de l’avenir en jetant ses détracteurs en prison et en se comportant comme un despote à la tête d’un État policier ?”

Les relations entre Ottawa et Ryad se sont détériorées à partir du 2 août. Ce jour-là, Ryad avait annoncé une série de mesures contre Ottawa, qui avait demandé la libération de militants défenseurs des droits de l’homme, en particulier de Samar Badawi, la sœur du blogueur Raif Badawi arrêtée quelques jours auparavant

Le grand quotidien de la capitale américaine et l’un des titres les plus influents de la presse mondiale. Traditionnellement au centre droit, The Washington Post doit sa réputation à son légendaire travail d’enquête dans l’affaire du Watergate, qui entraîna la chute du président Nixon au début des années 1970. 




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top