News

Depuis l’annonce le 19 novembre de l’augmentation des droits d’entrée à l’université pour les étudiants étrangers, les syndicats étudiants se mobilisent un peu partout sur le territoire. Une manifestation parisienne est prévue le 1er décembre à midi devant le Panthéon s’ajoutant à un programme parisien de défilés déjà chargés : gilets jaunes, le matin autour des Champs-Élysées, et associations de chômeurs rejoints par la CGT à 14 h à la station Opéra.

Effet d’aubaine ou mesure test avant généralisation ? Le 19 novembre, Édouard Philippe confirme des informations ayant fuité dans la presse quelques jours plus tôt : le gouvernement a décidé d’augmenter les frais d’inscription pour les étudiants étrangers extracommunautaires à la rentrée 2019. Ils devront s’acquitter de la somme de 2770 € en licence et de 3770 € en master et doctorat au lieu des montants de respectivement 170 € et 243 € jusqu’ici, au même titre que l’ensemble des étudiants.

« Au Royaume-Uni, cette augmentation a été le prélude d’une augmentation pour tous les étudiants », dénonce Solidaires-étudiant-e-s, qui voit dans cette mesure une stratégie des petits pas conduisant à une hausse pour tous. Un rapport de la Cour des comptes dévoilé par le quotidien Le Monde le 16 novembre n’est pas pour rassurer le syndicat étudiant. Il préconise une hausse des frais d’inscription en master qu’il fixe à 1000 € pour tous les étudiants. Un avis pour répondre aux difficultés financières des universités autonomes quant à leurs budgets.

Le gouvernement fait l’unanimité des organisations étudiantes contre lui
L’Unef, la Fage (première organisation dans les universités), Solidaire étudiant-e-s, et 14 associations d’étudiants étrangers appellent à une manifestation samedi à Paris, jugeant discriminatoire l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants extracommunautaires. Même le syndicat de droite Uni, pourtant partisan de la sélection à l’université, ne défend pas le choix du gouvernement, sans toutefois se joindre aux manifestations.

Depuis le début de la semaine, la mobilisation sur les campus a repris parallèlement à la campagne pour l’élection des représentants étudiants aux Centres régionaux des œuvres universitaires (Crous). Une assemblée générale a réuni 600 étudiants mardi à Paris 8 Saint-Denis, selon le syndicat Solidaires. D’autres sont prévues d’ici la fin de la semaine à Bordeaux, Toulouse, Lille, Strasbourg, Rennes, Paris 1 ou encore Montpellier. Une pétition en ligne, réclamant à Emmanuel Macron de renoncer à cette augmentation des frais d’inscription, a recueilli 240 000 signatures en une semaine. Elle proclame comme principe : « Mêmes études, mêmes droits ».

Une nouvelle bataille universitaire ?
Une assemblée parisienne « Interfac » est aussi programmée à l’EHESS jeudi 29 novembre. Elle donnera le pouls parisien d’une mobilisation qui semble prendre de l’ampleur. Depuis l’annonce du Premier ministre, plusieurs conseils d’administration d’universités ont de leur côté voté des motions pour dénoncer la décision du gouvernement. Le premier test aura lieu samedi avec la manifestation parisienne, et les rassemblements également prévus cette fin de semaine à Marseille, Lyon et Montpellier.

En tout cas, sur les campus, « les étudiants en parlent et sont assez bien informés » note avec un brin d’étonnement Chloé Lebas, étudiante à Lille, et porte-parole de Solidaires. Le signe, pour elle, d’une inquiétude sur une hausse généralisée des frais d’inscription. Et pour Chloé Lebas, pas question de « laisser s’instituer l’idée que pour étudier, il faut payer, et que cela se mérite ». Même si elle l’assure : « nous savons que c’est une volonté ancienne ». Une volonté dont se défend pourtant le gouvernement. Répondant le 19 novembre à la séance de l’Assemblée nationale consacrée aux questions au gouvernement, Édouard Philippe a rejeté toute volonté de l’exécutif d’appliquer cette hausse aux étudiants français ou européens.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top