News

Il y a des signes et des comportements qui ne trompent pas. Quand des individus commencent à se prendre pour les gardiens de temple et les justiciers de la morale ou s’auto-proclament comme tels, on a toutes les raisons de s’inquiéter : au-delà de la modernité apparente ou plutôt du modernisme de vitrine, notre société est en train réellement de régresser. 

Ce qui vient d’arriver dans la nuit du réveillon à Marrakech en est une preuve irréfutable. 

Une personne, un homme ou une femme, qu’import, ou un homme voulant juste ressembler à une femme, pour s’amuser, pour jouer, pour rien, pour lui, pour rire, pour vivre, se fait traîner comme un délinquant, comme un criminel, traité de tous les noms, menacé de pendaison et de mort. Par qui ? Par des individus sortis eux-mêmes pour s’amuser, armés de leurs révolvers de voyeurs, et qui, sans doute, étaient loin d’être irréprochables. 

D’ailleurs, qu’est-ce qu’ils avaient à reprocher à cet homme habillé en femme parce qu’il avait envie de le faire, qui était libre de le faire, et cela ne regardait que lui ?

Et bien, justement, ils lui reprochent cette liberté débridée qui heurte probablement leur identité de mâle, et met à mal leur part, plus ou moins inégale, de féminité. 

Mais qui leur donne ce droit d’agir en moralisateurs et même en castrateurs ? 

Malheureusement, deux choses : 
D’une part, une loi vaguement protectrice des moeurs et du bien-paraitre, et, d’autre part, une société de plus en plus rétrograde et de plus en plus liberticide. 

Oui, je le dis et je le répète : nous reculons et nous revenons, lentement mais sûrement, vers une société moyenâgeuse ombrageuse. 

Alors qu’ailleurs le monde avance grâce aux lumières, notre société, elle, s’enfonce de jour en jour dans l’obscurité et l’obscurantisme. 

Ce qui est arrivé à cet homme, à cette personne, n’est pas moins grave ni plus grave, mais il est aussi grave que ce qui était arrivé quelques jours plus tôt, à Imlil. 

C’est une autre forme de terrorisme, et d’ailleurs, les images de l’une et de l’autre tragédie, aussi différentes qu’elles sont ou qu’elle puissent paraître, vont faire autant mal à l’image de notre pays et à sa volonté d’ouverture et de tolérance. 

L’Islam ? Mais quel Islam ? 
Vous croyez que, durant le siècle dernier, nos parents et nos grands parents qui adoraient Bouchaib El Bidaoui, qui chantaient ses chansons, qui le suivaient même à la télé, ce homme ou cette femme, qu’importe, ce travesti à la voix envoutante et au charme sans pareil, n’étaient pas de bons musulmans ? 

Et ces danseurs-danseuses de fêtes foraines au déhanché sur-féminin qui illuminaient nos nuits et nous faisaient rêver de gros lots et de gros lolos ... 

Et ce “Moul-m9ass”, ce homme savamment voilé et en costume de femme, qui dansait sur une charrette pleine de cadeaux, aux sons de la flute et du tambourin et au rythme de ses gros ciseaux de tapissier, et qui faisait la joie des petits et des grands ? 

Tous ces gens-là, d’après vous, n’étaient pas des musulmans? Tous ces gens-là, vont donc aller en enferEcoutez : si vous voulez qu’on arrête une fois pour toutes de nous prendre pour des mineurs, il faut que nous tous et nous toutes, et surtout ceux et celles qui se disent intellectuel(le)s, modernistes, progressistes et tous les trucs en istes, décidions de prendre la parole, en oral ou par écrit, mais en public, et de crier à la figure lugubre de tous ces malades du cerveau, ces arriérés mentaux, ces illuminés mal-éclairés, qu’ils soient barbus, voilés ou à poils, qui veulent nous prendre en otage pour nous mettre sur le droit chemin : Laissez-nous tranquilles ! Nous ne voulons pas de votre paradis ! Laissez-nous nous débrouiller seuls avec le créateur qui d’ailleurs ne vous a nullement délégués pour nous protéger ! 

Allez prier où vous voulez quand vous voulez et autant que vous voulez, faites ce que vous voulez, allez où vous voulez, mais laissez-nous choisir notre bon ou mauvais chemin seuls.

Que l’enfer, le vrai, vous emporte !

Journaliste




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top