News

Les États-Unis interviennent au Venezuela, pays riche en pétrole, au moins depuis début 2000. Plusieurs tentatives, sponsorisées par les États-Unis, ont essayé de renverser le gouvernement socialiste élu, d’abord sous Chavez, puis sous Maduro. 

Mais les sanctions économiques prises par les États-Unis et leurs laquais ont rendu la vie des entreprises et du peuple vénézuéliens plus difficile. L’accès aux marchés financiers internationaux étant coupé, le gouvernement a fait de son mieux pour contourner les sanctions. Il a par exemple échangé de l’or contre de la nourriture en provenance de Turquie. Mais la Banque d’Angleterre, qui détient une partie de l’or du Venezuela, l’a pratiquement confisquée. 

L’administration Trump lance une nouvelle tentative pour expulser le gouvernement élu dirigé par le président Maduro. Aujourd’hui, l’opposition généralement malheureuse au Venezuela est sur le point de lancer une nouvelle période d’émeutes de rue contre le gouvernement, appelant les militaires à prendre le relais : 

« Les dirigeants de l’opposition exhortent également les puissantes forces armées du Venezuela à retirer leur soutien à Maduro. Et ils mènent leur campagne à l’étranger en faisant pression sur les gouvernements étrangers pour qu’ils rompent leurs liens diplomatiques et économiques avec Caracas. 

Le vice-président américain Mike Pence a déclaré mardi que Washington soutiendrait tout effort de l’opposition visant à former un gouvernement provisoire pour remplacer Maduro. S’adressant aux citoyens vénézuéliens moyens, Pence a ajouté : ‘Nous sommes à vos côtés et nous resterons avec vous jusqu’à ce que la démocratie soit rétablie’. » 

Le président Trump devrait maintenant reconnaître le chef de l’opposition au Congrès national, Juan Guaidó, qui n’a pas de majorité dans le pays, en tant que président de la nation.


Mais le Congrès national n’a plus de pouvoir légal. En 2017, ce rôle a été repris par l’Assemblée constitutionnelle élue, qui soutient le gouvernement vénézuélien. La Cour suprême du Venezuela a ratifié le changement. Que Guaidó soit désigné comme président par Trump ne le rend pas tel. 

Juan Guaidó, le soi-disant chef de l’opposition, est juste un fantoche télégénique du chef de la droite, Leopold Lopez, emprisonné en 2014 après avoir incité à de violentes manifestations qui ont fait plusieurs morts. Lopez, actuellement en résidence surveillée, est un rejeton de la noblesse politique et financière du Venezuela, éduqué à Princeton et à Harvard, qui a perdu son poste lorsque le peuple a élu un gouvernement socialiste. Lopez est l’homme que les États-Unis veulent mettre en place, même s’il est détesté. Un câble diplomatique américain, publié par Wikileaks, indique qu’il « est souvent décrit comme étant arrogant, vindicatif et assoiffé de pouvoir ». 

Les pauvres ont été les gagnants des changements socialistes. Les socialistes, d’abord sous le président Hugo Chavez et maintenant sous Nicolas Maduro, ont utilisé les bénéfices tirés des exportations de pétrole pour construire des logements pour les pauvres et réduire leur pauvreté de manière générale. Ces masses seront appelées à protéger leur gouvernement et leurs gains. 

L’armée, que les États-Unis ont déjà secrètement poussé à organiser un coup d’État, ne le fera probablement pas. Elle se porte bien sous les socialistes et n’a aucun intérêt à changer cela. Les États-Unis ont également tenté d’inciter le Brésil et la Colombie à envahir leur voisin. Mais aucun pays n’est capable de le faire. Les États-Unis eux-mêmes sont également peu susceptibles d’envahir. Aux Nations Unies, le Venezuela bénéficie du soutien de la Russie et de la Chine. 

Comme en 2017, nous pouvons nous attendre à plusieurs semaines de violentes manifestations à Caracas, au cours desquelles des dizaines, voire des centaines de policiers et de manifestants pourraient mourir. Il y aura également beaucoup de hurlements de la part des médias alignés aux États-Unis. Mais à moins d’un changement massif de la configuration politique et du pouvoir, les manifestations vont probablement s’essouffler. 

L’administration Trump a-t-elle un plan cohérent pour parvenir à un tel changement de la balance des pouvoirs ? Pour ma part, j’en doute. 

Moon of Alabama 



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top