News

Un boycott des consommateurs sud-coréens frappe plusieurs grandes marques japonaises et assombrit l'industrie du tourisme du pays alors que les tensions politiques entre Séoul et Tokyo continuent de croître. 


La protestation a poussé un septuagénaire sud-coréen à immolation vendredi par le feu dans sa voiture devant l'ambassade du Japon à Séoul, un drame qui survient en pleine brouille diplomatique et commerciale entre les deux pays. Le suicide du septuagénaire est intervenu le jour où les autorités japonaises ont convoqué l'ambassadeur de Corée du Sud au Japon pour protester contre le refus de Séoul de participer à un groupe d'arbitrage pour tenter de régler le conflit. 


Les querelles diplomatiques découlant de la colonisation brutale de la Corée par le Japon de 1910 à 1945 ont pris cette fois-ci une tournure économique avec le durcissement par Tokyo des conditions d'exportation de certains matériaux vers la Corée du Sud. Ces restrictions concernent des produits chimiques vitaux pour la fabrication des puces et écrans de smartphones dont se servent les géants technologiques sud-coréens comme Samsung. Elles suscitent des inquiétudes sur l'éventualité d'une hausse des prix pour les consommateurs. 

Séoul, qui menace de porter l'affaire devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et aimerait voir Washington s'interposer, accuse Tokyo de vouloir se venger après une série de décisions de la justice sud-coréenne sommant des groupes japonais de dédommager des victimes de travail forcé. Tokyo invoque une "perte de confiance" envers Séoul, accusant aussi son voisin d'avoir mal géré les matériaux sensibles importés du Japon. 

En Corée, le hashtag #boycottjapan, destiné aux marques grand public telles que Sony, Toyota, Uniqlo et Canon, a commencé à évoluer sur Instragram et d'autres plates-formes de réseaux sociaux à la suite de la décision prise par le Japon de restreindre les exportations vers la Corée du Sud . Selon les analystes, l’industrie du tourisme et de l’hôtellerie au Japon est également menacée, les visiteurs sud-coréens ayant récemment joué un rôle de premier plan dans l’industrie. 

Selon un sondage réalisé par Realmeter cette semaine, 54,6% des répondants coréens ont déclaré qu'ils boycottaient les produits japonais , contre 48% la semaine dernière, en signe de protestation contre les restrictions économiques imposées par Tokyo à la Corée du Sud. Mais le nombre total de personnes interrogées qui ont déclaré participer au boycott ou qui envisagent de le faire a légèrement diminué, passant de 66,8% à 66%.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top