News

Une vidéo du viol d’une jeune femme, diffusée au Maroc, le lundi 15 juillet, a soulevé une vague d’indignation chez les internautes. La polémique a fait réagir la Sûreté nationale marocaine.

La vidéo filmée dans une maison montre les images insoutenables d’un homme auteur de violences physiques et d’attentat à la pudeur commis sur une jeune femme. Impuissante, cette dernière suppliait son bourreau d’arrêter, mais le violeur ne l’entendait pas. La vidéo de deux minutes a été enregistrée par une personne accompagnant le violeur.

Très partagée sur les réseaux sociaux, la vidéo a choqué les internautes. La plupart d’entre eux avaient demandé à ce que l’auteur de cet acte soit condamné à mort.
La Sûreté marocaine réagit

La direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) marocaine a apporté des éclaircissements sur ce scandale. La DGSN indique que l’affaire a été traitée par la préfecture de police de Rabat, le 8 juin dernier. Ce jour-là, le corps de la victime a été découvert dans une ruelle de la ville. La jeune femme qui était dans un état critique a fini par succomber à ses blessures trois jours plus tard, soit le 11 juin dernier.

Par ailleurs, le communiqué de la DGSN affirme que le violeur a été arrêté et déféré devant la justice pour homicide volontaire. La même source indique qu’une enquête est en cours, pour mettre la main sur la personne qui a filmé cette scène macabre.
La mère de la victime témoigne

Par ailleurs, la mère de la jeune femme a accepté de revenir sur les détails de l’agression, qui a coûté la vie à sa fille et a secoué les Marocains après la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux.

La mère a confirmé que sa fille de 34 ans a été violée dans un endroit fermé, au quartier du Mellah de Rabat. « Elle était parvenue à s’enfuir nue, mais son bourreau l’a pourchassée pour achever son crime », raconte-t-elle. La mère a ajouté que « [sa] fille a reçu de multiples coups de tournevis sur différents endroits de son corps ainsi qu’à la tête ». Selon elle, l’agresseur (56 ans) avait « l’habitude de poursuivre la jeune femme jusqu’à chez elle pour la forcer à l’accompagner et à avoir des relations sexuelles avec lui en proférant des menaces à [son] encontre ».




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top