News

Je me rappelle cette anecdote si expressive qu’elle laisse une lueur de souvenir dans mon esprit ; une anecdote, ayant eu lieu lors de mon voyage en train, d’une jeune fille qui demande à un homme de prendre une photo avec lui. Lui : pour quelle occasion ? Elle : j’étais votre étudiante et vous respecte beaucoup. Selfie pris avec succès. Jusque-là, les choses vont bien. Tout à coup, un homme chuchota à son voisin : « j’ai cru que c’est une célébrité » !

Il n’a peut-être pas tort de penser qu’une vedette n’est autre qu’une star de cinéma ou un chanteur célèbre ou encore un influenceur Youtubeur de renom mais en aucun cas un intello. Savez-vous pourquoi ? Parce que ce qui devrait être encouragé et mis en lumière est malheureusement étouffé.

Pour le dire sans ambages: depuis quand les accomplissements intellectuels et les idées font des gens des vedettes et stars chez nous? Depuis quand une vidéo explicative ou une innovation scientifique se hissent en tête des tendances Youtube au Maroc ?

En effet, la manière dont la célébrité est fabriquée aujourd’hui illustre une société qui semble faire de la médiocrité une règle d’or. « Au centre de la fabrique de la célébrité se trouve une personne, présentant une ou plusieurs caractéristiques considérées comme suffisamment exceptionnelles par ses contemporains pour être distinguée » (M. Juan et N. Picard, 2012). Sauf que ce qui démarque une vedette et l’a rend remarquable à nos yeux n’est pas son sens de créativité ni la brillance de ses idées. Les insignifiances, bien qu’elles s’évanouissent avec la mode et ne passent pas à la postérité, continuent à retenir l’attention des gens et à bouleverser les priorités. Et comme chaque société développe un « régime de célébrité » qui lui est propre, la nôtre semble faire de la vanité une gloire construite socialement ; une gloire sans gloire.

Nous avons fortifié les effets du spectaculaire en mettant sous le feu des projecteurs des gens défaillants intellectuellement. Nous donnons la parole à des profanes tandis que nous réduisons au silence des voix érudites. Nous rendons stérile tous les débats en croyant plus aux gens qui prétendent détenir des certitudes qu’à ceux qui revendiquent le droit à l’erreur. L’essentiel est de faire bling-bling…

Péroraison : Encore faut-il réinventer les concepts en distinguant un intellectuel d’un prétendu multipotentialiste, un débat d’une dispute, une réussite d’une gloire ostentatoire et un sage d’un simple d’esprit.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top