News

Charles Saint-Prot, directeur général de l'Observatoire d'études géopolitiques, a analysé, pour la chaine de télévision Tunisna, les conséquences géopolitiques de la crise sanitaire due au Covid 19 

Tunisna : Il y a 2 positions contradictoires en Europe, il y a le cas de l'Italie qui a été délaissée par les pays européens, mais fortement soutenu par la Chine elle a signé avec elle un accord de la route de la soie, et il y a le cas de certains pays de l'Est qui continuent à croire au mythe de l'Union européenne. Ce virus a mis tout le monde à genou, même les Etats puissants. Merci de nous préciser ce qu’il en est sur le plan géopolitique ? 



Dr Charles Saint-Prot 
Sur le plan géopolitique, cette crise sanitaire va avoir des répercussions énormes. D'abord, cela remet en cause de nombreux mythes de la pensée unique, l'histoire de la mondialisation heureuse, le libéralisme absolu et l'Union européenne. On s'aperçoit que tout cela est une farce. On revient à la réalité, c’est l’État seul qui protège, l'État seul qui garantit les services publics, l'état seul qui peut faire face aux graves crises. 

La première leçon : c'est la fin de l'idéologie libérale et la fin de l’Union Européenne. C'est un peu chacun pour soi, et aucun État européen n’a la même politique. Il est clair que ce sont toujours les mêmes Etats qui financent l’Europe, c'est l'Allemagne, c'est la France et un peu les Pays-Bas. Quant à l'Angleterre, elle a fichu le camps. Ce n'est pas Chypre, Malte, la Slovénie ou les micros Etats qui vont payer. Certains pays, de l’Est pauvres, considèrent l'Europe comme un pactole. Je pense que c’est l’explosion de l'Union européenne. Pendant cette crise, l’Italie a fait appel à la Chine et non aux européens, parce qu’elle sait que l’Europe n’a pas les moyens matériels pour lui venir en aide, et puis chaque pays de l’Union raisonne pour soi. 

La deuxième leçon : c’est comment cette crise a été traitée par l’Asie, en Chine, au Japon à Singapour, à Taiwan et en Corée du Sud. Ils ont fait face à la crise avec beaucoup d'efficacité, alors qu’en Occident, les pays de l'Union européenne et les Etats-Unis, c’est l’incertitude, la pagaille, deux pas en avant et deux 2 pas en arrière. Cela est un signe très profond qu'il y a un déclin de ces pays, car ils n’ont pas su répondre efficacement à cette crise. Un médecin marseillais, proche du Dr Raoult, m’a confirmé, qu’ils manquent de matériels, même pas de masques, c'est-aberrant ! dire que la France n’a rien prévu pour des raisons économiques. Le monde entier s’esclaffe quand il voit que la France manque de matériels médicaux, alors qu’elle donne des leçons au monde entier et qu’elle est, en fait, totalement nue face à cette crise. 

La troisième leçon : c'est qu'on s'aperçoit que certains pays du Sud, se sont mieux tirer d'affaire que d'autres du Nord. Prenons le cas de la Tunisie, l’OMS vient de déclarer que la Tunisie s’en sortira sans trop de dégâts de la crise épidémique. le Maroc, qui fait preuve d'une grande sagesse, a pris des mesures efficaces qui ont suscité l’adhésion de la population. On s’aperçoit que ceux du Sud, avec le peu de moyens, font mieux face à la crise que les occidentaux. 

Cette crise est une leçon, rien ne sera plus comme avant, les mythes de la modélisation du libéralisme de l'Union Européenne sont démolis. On retrouve le rôle protecteur de l'État, le rôle essentiel de l'Etat. Les pays qui donnent des leçons à tout bout de champs et je pense à la France de monsieur Macron, qui aujourd'hui, n'a aucune carte en main ! il n'y a pas de masques en France, il n'y a pas de tests, il n'y a que le confinement de la population, alors que, pour exemple, la Corée du Sud a refusé le confinement en faisant des tests massifs de la population. 

HS / La Vigie marocaine




0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top