News

A Clichy-sous-Bois, cette photo terrible, montre l'ampleur du confinement sur les populations vulnérables. Distribution d’aide alimentaire : 190 personnes sont venus la première fois, 490 la deuxième, 750 la troisième... Les conséquences directes de la gestion de l'épidémie sont plus dévastatrices que le virus lui même ...

Dans les quartiers populaires, la crise sanitaire s'est triplée pendant le confinement imposé à cause de l'épidémie déclarée du Covid-19. En témoignent les longues files d'attente qui se forment pour accéder aux distributions alimentaires. À Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), depuis deux semaines, le collectif AC Lefeu, né des émeutes de 2005, a organisé les siennes avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre et des Restos du coeur.

Dès 9h du matin, deux heures avant l’ouverture des portes, la file s’étend sur 300 mètres. On y retrouve beaucoup de salariés en chômage partiel ou en arrêt d'activité. Travailleurs du bâtiment, agents d'entretien, chauffeurs-livreurs, agents de sécurité, intérimaires... Des salaires modestes, obligés de s’arrêter pour garder leurs enfants ou dont l’activité s’est arrêtée avec le confinement et qui peinent à joindre les deux bouts. Pas habitués des distributions alimentaires, ils sont forcés de s'y rendre au moment où les cantines ne sont plus là pour nourrir à prix réduit les enfants de ces familles confinées.


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top