News

Ce matin, en écoutant Me Eric Dupond-Moretti, l'enfant issu de l'immigration, mes larmes se sont déversées copieusement sur mes joues au rythme des phrases tranchantes et ô combien émouvantes que le ténor des barreaux français a prononcées lors de sa réception des sceaux de sa prédécesseure à la tête du ministère de la justice.

Et pour cause...
Eric Dupond-Moretti a des origines très modestes.

Né à Maubeuge, dans le Nord, en 1961. Un père qui décède alors qu’il est encore enfant. Une mère, FEMME DE MENAGE, qui l’élève seule.

Si vous n'avez pas écouté (et visionné) son discours, faîtes-le, je vous en prie ! Vous toucherez ainsi de près la stature d'un défenseur des faibles, d'un homme viscéralement épris de justice et de défense des droits humains.



Bien entendu, une telle stature et un tel discours inaugural d'une mission ministérielle ne peuvent qu'émouvoir le "binational" que je suis et qui vient de voir un ministre d'Etat, ministre marocain des droits de l'homme, par ailleurs ex-ministre de la justice bafouer allègrement et impunément les droits élémentaires de son ex-salariée morte sans avoir jamais bénéficié d'une inscription à la Sécurité sociale !

Normal que je pleure d'émotion, mais aussi de colère contre ces moeurs indignes qui ne sauraient être dignes que du Moyen-âge !

Des ministres zéroteux tels ces minables "défonceurs du droit" Ramid, Amekraz & Cie ne sont, en vérité, que le caca, le rejet anal du peuple marocain et, surtout, sa honte institutionnelle face au concert des nations.

Nettoyez le Royaume de ces minables !





0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top