News

La crise en Libye dure depuis près de 10 ans, il ne faut donc pas attendre qu’un magicien sorte brusquement une solution de son chapeau. Lors de la conférence de Bouznika, l’important a été d’ouvrir le dialogue, de se parler franchement, et c’est un indiscutable succès de la diplomatie marocaine. 

Le Royaume fait montre de neutralité dans le conflit libyen et de dynamisme pour un règlement consensuel L’Onu, l’union européenne, l’union africaine, les États-Unis, la Turquie, ont salué les efforts du Royaume pour organiser cette réunion qui s’inscrit également dans la ligne de l’accord de Shkirat de 2015. 

Sous la houlette de M. Bourita, le Haut Conseil d'État de Libye et le parlement de Tobrouk ont donc eu des discussions de manière « positive et constructive » et d'importants compromis ont été obtenus, notamment le principe de tenir des élections, de consolider le cessez-le-feu et relancer un processus politique dont le Libye et toute la région ont besoin 

Selon un délégué libyen les deux parties espèrent obtenir des résultats positifs et concrets susceptibles d'ouvrir la voie à l'achèvement du processus d'un règlement politique global dans tout le pays. L’enjeu est de fonder un État fort dans l’intérêt des Libyens Libye et de toute la région car le monde a besoin d’un État stable en Libye. 

Une dynamique positive s’est enclenchée à Bouznika. La négociation devra se poursuivre, peut-être à un plus haut niveau. Le rôle du Maroc sera essentiel pour faire progresser ce processus encourageant 

Charles Saint-Prot
Directeur général de l'Observatoire d’études géopolitiques Paris


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top