News

Monsieur Sarkozy se lamente d'être victime d'une justice politisée. La même stratégie que son ami Silvio Berlusconi quand il a été condamné et rendu inéligible pour collusion avec la Mafia et qui pour tromper l'opinion publique se plaignait d'être victime d'une "justice politique". On connaît la chanson par cœur...

Ah Sarkozy... Quel drôle de personnage. Cet homme a bâti sa vie sur le mensonge et la trahison. Il a trahi son protecteur politique Charles Pasqua à qui il a piqué sa place de "Seigneur des Hauts de Seine". Il a trahi Jacques Martin son ami et témoin de mariage en lui piquant sa femme Cecilia. Il a trahi Chirac pour s'allier à Balladur qui lui promettait un poste de Premier Ministre. Il a trahi jusqu'à ses amis d'enfance en accusant Brice Hortefeux d'être l'un des bénéficiaires de l'argent de Khadafi, car il sait qu'il risque jusqu'à 10 ans de prison pour financement illicite de sa campagne présidentielle. Il a utilisé sa position de Président pour essayer de corrompre un juge pour obtenir de lui des éléments de l'enquête dans laquelle il était visé. Il a reçu Khadafi à Paris pour lui soutirer de l'argent avant de bombarder et détruire son pays... et est en plus soupçonné d'avoir commandité son assassinat... Sans oublier les valises diplomatiques remplies de cocaïne et transportées pour son compte par des pilotes qui ont été emprisonnés à sa place...

Puis comment oublier que ce gangster voulait nettoyer les banlieues au karcher, qu'il est à l'origine de la destructrice réforme de la justice attribuée - pour lui faire porter le chapeau - à l'ambitieuse Rachida Dati qui n'aurait lésiné devant aucun sacrifice pour avoir son fauteuil doré dans les institutions de la République. Il est le Président qui avec Macron a fait voter le plus de lois liberticides et celui qui refusait même un aménagement de peine pour ceux dont la condamnation dépassait 6 mois. Il est celui qui a banalisé le racisme et l'islamophobie pour piquer des électeurs à l'extrême droite... Celui qui a divisé le pays comme peu l'ont fait avant lui... Bref un personnage bien peu recommandable à qui vous ne confiriez pas même la garde de la gamelle du chat...

L'article de notre confrère Frédéric Mas est soft, c'est le moins que l'on puisse dire... Presque bienveillant... Mais cela ne sera pas suffisant pour nous faire oublier que pour une majorité des Français, Nicolas Sarkozy est le "voyou de la République."







 
Top